Pourquoi aller chercher des infos sur la santé par soi-même ? | Jérémie Mercier

Pourquoi aller chercher des infos sur la santé par soi-même ?

En voilà une bonne question, pourquoi passer du temps à chercher des infos sur la santé, sur internet ou auprès de professionnels hors cadre classique ?

D’une, parce que votre corps est votre bien le plus précieux. Imaginez une personne en mauvaise santé dans votre entourage (famille, voisinage, collègue, etc.), il doit bien y en avoir une ! Imaginez maintenant la vie de vos rêves avec toutes les activités liées à cette vie, comme un travail épanouissant, du temps pour sortir, voyager, faire des activités que vous adorez, passer du temps de qualité avec votre famille ou vos amis, etc.
Est-ce que les deux images collent ?
Et bien non, car en mauvaise santé, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez, votre corps vous impose des limites très contraignantes.
Ok, même en bonne santé, le corps a ses limites, certes, mais à un niveau supérieur.

Soit, la santé est importante, mais pourquoi diable faire des démarches personnelles visant à mieux s’approprier son corps et sa santé ?
Tout simplement parce que j’ai découvert (et vous peut-être aussi) que les infos disponibles le plus directement sur la santé ne sont pas les meilleures et surtout, le flot d’informations immédiatement accessible dans lequel nous sommes noyés ne nous permet pas facilement de faire le tri.
Exemple de ce que l’on entend tout le temps :
« il faut manger 5 fruits et légumes par jour » (ok, un peu plus même, c’est possible), « 3 produits laitiers par jour » (ça, c’est la cata), « bouger » (comment ?), « du poisson 2 fois par semaine » (mouais), « évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé » (ça parle pas trop ça), « les antibiotiques, c’est pas automatique » (alors pourquoi de nombreux médecins prescrivent des antibiotiques lors d’une infection virale ?*), « le dépistage du cancer colorectal / du sein / de la prostate, c’est tous les x ans à partir de x ans » (ça a fait ses preuves cette politique de « prévention » ?), etc.

Nous vivons dans une société surinformée, et pourtant l’espérance de vie sans incapacité (EVSI) en France n’est pas si élevée que ça (environ 62 ans) et a même tendance à baisser (faites vos recherches si vous voulez vérifier cette affirmation pour cette fois).

Moi, ce qui m’agace au plus haut point, c’est que certains conseils simples peuvent vraiment tout changer au niveau de la santé, mais on ne les entend jamais dans les médias classiques !

J’ai envie que ça change, et vous pourrez lire mes premiers conseils dans les prochains articles.

Dites-moi dans les commentaires quelles découvertes vous avez faites et qui ont amélioré votre santé ou votre bien-être, que ce soit un changement d’alimentation, un changement dans votre hygiène de vie, la découverte et la mise en place d’une « technique de santé naturelle », ou autre chose !
Si vous avez aimé cet article, likez-le et partagez-le !

C’est à vous !

* C’est du vécu. A 22 ans, j’ai consulté suite à un gros mal de gorge (je n’étais pas trop dans le trip « remèdes naturels » à l’époque). Le médecin me dit : « c’est viral, je vais vous prescrire un antibiotique, que vous allez chercher en pharmacie et prendre de suite ». Moi : « un antibiotique, c’est pas quand c’est viral qu’on l’utilise ? ». Lui, gêné : « vous êtes scientifique, c’est ça ? ». Moi : « oui, mais c’est la base, ça non, et je ne suis pas médecin ». Lui : « hum, vous avez raison. En fait, attendez de voir si ça passe, et ne prenez l’antibiotique que si ça ne part pas ou si ça s’aggrave dans 3 jours ». C’est la dernière ou avant-dernière fois de ma vie que je voyais en consultation un médecin allopathique pour moi. C’était en 2004. Le mythe de la médecine triomphante en a pris un sacré coup ce jour-là.

Pas de commentaires à ce jour

Laisser un commentaire

*