Je t’ai parlé dernièrement du fait que l’enseignement médical était aujourd’hui en grande partie de l’endoctrinement, une prise en otage de l’esprit critique.

Et parmi les aberrations de la médecine conventionnelle, il y en a une qui dépasse l’entendement : son approche symptomatique quasi systématique !

Traiter les symptômes (et ne pas s’occuper des causes)

Laisse-moi t’expliquer de quoi je veux parler.

Quand on a un problème de santé quel qu’il soit, on présente des symptômes : des signes qui indiquent qu’il y a un truc qui cloche. 

Par exemple, on a mal à la gorge, on a de la fièvre, on a mal au ventre, on a des boutons, une rougeur, des crampes.

Le corps est complexe. Plein de symptômes sont possibles.

En prenant en hold-up la médecine, l’industrie pharmaceutique a amené avec elle une approche complètement contre-productive, mais qui l’arrange bigrement : proposer des remèdes symptomatiques !

Tu as de la fièvre –> prends un antipyrétique ! (le fameux Doliprane)
Tu as mal au ventre –> prends un antispasmodique ! (le fameux Spasfon)
Tu as mal à la tête –> prends un anti-inflammatoire ! (le fameux Nurofen)

La liste est longue.

Si le remède symptomatique peut être utile pour traiter un cas d’urgence ou un symptôme qu’on a du mal à supporter, cette approche est rapidement très problématique.

En effet, elle vient court-circuiter l’intelligence et l’esprit de scientifique, d’enquêteur et de chercheur que devrait avoir tout médecin.

Mais l’endoctrinement en fac de médecine est tel qu’aujourd’hui les médecins sont devenus pour la plupart de vulgaires automates, qui pour un symptôme cherchent un médicament qui va masquer le symptôme. Point.

Médecine conventionnelle : masquer temporairement les symptômes

De toutes façons, vue la durée moyenne d’une consultation, il n’y aurait pas le temps de chercher les causes des symptômes, donc vite fait mal fait on te sort une prescription avec une liste de médicaments chimiques censés masquer les symptômes et tout le monde est content !

Malheureusement, la plupart du temps, le médicament ne résout rien. 

Il met juste le problème en sourdine pour quelques temps (et encore, si tu as la chance de ne pas souffrir d’effets indésirables du médicament).


Analogie avec une blessure à la main

Cette médecine conventionnelle, c’est un peu comme si​ tu venais de t’enfoncer un clou dans la main (superficiellement).

Imaginons. Tu viens de te blesser et tu vas chez ton médecin avec ton clou dans la main. 

Celui-ci voit tes symptômes : rougeur, douleur. Mais il ne sait pas chercher les causes, donc il ne pense même pas à chercher une cause pour ces symptômes que tu présentes.

Tu sors donc du cabinet médical avec sur ta prescription un anti-inflammatoire et un antidouleur.

Evidemment, tant que le clou n’est pas retiré de ta main, l’anti-inflammatoire et l’antidouleur ne vont pas avoir un effet durable.

Par conséquent, tu vas revenir très vite chez le médecin. 

Plein d’empathie, il va te prescrire d’autres molécules plus puissantes, ou bien des doses plus fortes. Et tu es content·e, tu te dis que ça va marcher !

Mais las, la douleur revient, la rougeur aussi, et ça commence même à s’infecter, et si l’infection prend de l’ampleur, tu vas avoir de la fièvre. L’antipyrétique que ton médecine va logiquement te prescrire ne va bien sûr pas résoudre le problème mais juste bloquer la réaction physiologique normale de ton corps en cas d’infection : faire monter la température corporelle pour tuer les bactéries qui posent problème.

Après des aller-retours incessants chez ton médecin, avec cette approche symptomatique poussée à l’extrême, la situation va logiquement empirer. Et tu vas finir par te faire amputer la main !

Traitement médicamenteux symptomatique : une bonne façon de nuire à la santé sur le long terme !

Parce que les médecins actuels ne sont plus habitués à chercher les causes des problèmes, ils ne font la plupart du temps que tourner autour du pot, en prescrivant des molécules aux effets pas du tout anodins. 

Et comme ils ne répondent pas au vrai problème, à la vraie cause, ils finissent par provoquer des problèmes bien plus gênants que celui d’origine !

La solution : chercher les causes… et s’en occuper !

Si tu t’es enfoncé·e un clou dans la main, la meilleure solution consiste à retirer le clou, à désinfecter en nettoyant la plaie avec un peu de savon, et à laisser cicatriser… pas à donner des médicaments antidouleurs.

Ce manque de pragmatisme, cette absence de recherche des causes des maladies et cette absence d’esprit critique sur l’approche purement symptomatique font partie des raisons qui font de la médecine conventionnelle une médecine inefficace pour la plupart des maladies de civilisation, maladies devenues chroniques à cause d’un système médical qui ne cherche jamais à résoudre les causes !

Si tu veux reprendre ta santé en main, tu dois réapprendre à écouter ton corps, à comprendre les signaux qu’il t’envoie (les symptômes) et à t’occuper des causes de ces symptômes, plutôt que de (chercher à) masquer ces symptômes.

Le système médical ne t’aidera pas dans cette voie. Après un siècle d’emprise de l’industrie pharmaceutique, très peu de médecins sont aujourd’hui capables de simplement chercher les causes des problèmes de santé.

La plupart n’ont même pas conscience du fait qu’il existe un lien entre les choix alimentaires (je ne parle même pas de « malbouffe ») et la santé !

Cette ignorance est la cause de centaines de milliers de morts chaque année en France.

Es-tu vraiment décidé·e à reprendre en main ta santé ? A attraper l’ « élixir de jouvence » qui est à portée de main (à condition d’être bien informé·e) ?

Dis-moi dans les commentaires si tu as vécu cette approche symptomatique de la médecine et ce que ça a donné sur toi :)

Et à ta santé bien sûr !