Quand j’écoute ma tête, il peut m’arriver d’être pessimiste. Jamais quand j’écoute mon coeur.

J’écoutais jeudi dernier l’interview de Pascal Canfin, directeur du WWF France à la radio.

Il parlait de la publication du rapport « Planète Vivante 2016 » par son organisation. Un rapport qui fait un diagnostic de l’état de santé de la planète tous les deux ans.

Selon son organisation, « les populations de vertébrés – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles – ont chuté de 58% entre 1970 et 2012. Et si nous ne faisons rien pour inverser la tendance, ce déclin pourrait continuer à s’aggraver jusqu’à atteindre 67% d’ici 2020. »

De quoi s’inquiéter. Les recherches en sciences de l’environnement vont quasiment toutes dans le même sens : l’accroissement de la pression des activités humaines génère chaque année plus de nuisances que la nature ne peut encaisser. Et ça ne s’arrange pas.

Depuis le 8 août, l’humanité a consommé plus que la planète ne peut produire. Pour faire simple, nous vivons à crédit. Et pas qu’un peu !

Quelles sont les solutions selon Pascal Canfin ? C’est là que ça devient intéressant.

Selon lui, la première chose la plus importante qui pourrait radicalement changer la donne, ce serait que chacun se mette à manger moins de produits animaux(viande, produits laitiers, poissons, oeufs, etc.). Selon lui, rien que ne pas manger de viande une fois par semaine aurait un impact énorme au niveau de l’environnement.

Et là j’applaudis ! Enfin une organisation environnementale mondiale qui promeut une réduction de la consommation de produits animaux. Il était temps ! Eh oui, parmi les activités humaines qui génèrent le plus de problèmes environnementaux, l’élevage est la pire, et de très loin !
J’avais réalisé l’ampleur des dégâts causés par l’élevage (2/3 des terres agricoles sont utilisées pour l’élevage ou pour produire des aliments pour le bétail, selon certaines études l’élevage serait responsable de plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre, etc.) au milieu de mon doctorat en recherche environnementale à Londres, en 2008.

Un vrai choc pour moi. Le 2ème choc avait été de voir qu’à toutes les conférences où j’allais, ce point était peu ou pas connu. J’avais donné une conférence lors de la préparation de la COP15 à Copenhague en 2009 et avais profité de cette opportunité pour discuter avec des chercheurs, des scientifiques et des décideurs du monde entier. Quasiment tous n’avaient aucune conscience/connaissance de l’impact environnemental de l’élevage.
Et un choc encore plus grand quand j’ai rapidement réalisé les bénéfices pour la santé humaine à consommer BEAUCOUP MOINS de produits animaux.

Se pourrait-il que notre alimentation joue à ce point sur notre santé et sur celle de notre planète ? 

C’est exactement ce que je pense. L’Homme se rend malade à manger trop de produits animaux et il détruit sa planète en même temps.

Pourquoi fait-il cela ?

Parce qu’il s’est laissé berner par des lobbies (du lait, de la viande, du poisson) qui lui disent que sans produits laitiers, il va faire de l’ostéoporose, que sans viande, il n’aura pas de muscle, que sans poisson, son cerveau ne va pas bien fonctionner.

Chaque année, l’Union Européenne verse de larges subventions à ces secteurs d’activité, et finance de nombreuses campagnes de publicités qui promeuvent ces produits.

Et puis on installe de nouvelles habitudes. Manger de la viande ou du poisson plusieurs fois par jour. 3 produits laitiers, nos supposés amis pour la vie, etc. Et tout le monde pense que c’est essentiel pour une bonne santé parce que c’est ce que les autorités de santé disent !

Tout cela est faux. Mais la peur est le meilleur moyen de contrôler les esprits.

Heureusement, de plus en plus de personnes (et j’espère que vous en faites partie) commencent à comprendre que par leur alimentation notamment, elles peuvent devenir responsables de leur santé, tout en diminuant la pression énorme sur les terres que l’élevage impose.

La connaissance, c’est la liberté. Ensuite, avec votre coeur et votre volonté, vous choisissez.

Afin de vous aider à faire les bons choix alimentaires, pour avoir une meilleure santé et plus d’énergie, j’ai prévu de créer un programme sur l’alimentation saine, qui sera la suite de mon challenge « 21 jours pour changer d’alimentation » (qui était une petite mise en bouche).

Dites-moi par retour de mail ce que vous attendriez de ce programme et ce que vous voudriez y trouver.

Je veux vous aider à devenir le lobby de VOTRE santé, en choisissant l’alimentation qui vous porte, qui vous élève, qui vous grandit, qui vous énergise, qui vous guérit !

A la vôtre !

Jérémie