“On ferme les yeux des morts avec douceur ; c’est aussi avec douceur qu’il faut ouvrir les yeux des vivants.”

~ Jean Cocteau

Connaissez-vous le mot : « iatrogène » ?

Ce mot vient du grec iatros (le médecin) et du suffixe -genês (engendrer), littéralement : qui est provoqué par le médecin (ou par extension par un autre professionnel de santé).

En français moderne, la définition du mot iatrogène se limite aux effets indésirables consécutifs à des actes ou décisions provenant du corps médical. Les effets positifs ne sont pas concernés par ce terme (mais heureusement, tout n’est pas à jeter dans la médecine !)

On parle de maladies ou d’effets iatrogènes.

Ces effets iatrogènes sont très nombreux et souvent mal chiffrés, et probablement très largement sous-estimés. Comme ça n’est pas très reluisant et que ça ne fait pas honneur au système de santé, on a effectivement tendance à minimiser ces effets, voire à la cacher !

Parmi ces effets, les plus connus sont :
– les infections nosocomiales (les infections qui se produisent à l’hôpital) : 750 000 infections et 4 000 décès chaque année en France selon l’INSERM
– les effets indésirables des médicaments (au moins 18 000 morts par an en France). L’effet cocktail des substances médicamenteuse est peu connu et souvent explosif ! (voir en fin de mail comment débarrasser votre corps de ces molécules toxiques)
– les erreur médicales ou la négligence

Pour mettre les choses en perspective, on dépasse déjà de très loin les chiffres de la mortalité sur la route ou à cause des attentats, pourtant largement plus médiatisés.

Remarque : On parle aussi de pauvreté iatrogénique dans les pays où les soins de santé sont payants ou mal remboursés. Il n’est pas rare que des gens revendent leur maison ou s’endettent pour traiter un cancer en passant par la médecine classique aux Etats-Unis par exemple (mais également dans de nombreux pays en voie de développement) !

Mais il y a aussi les effets iatrogènes moins connus :
– le dépistage « précoce » et le surdiagnostic des cancers. On commence enfin à parler dans les grands médias du surdiagnostic du cancer de la prostate et du cancer du sein notamment, qui a entraîné des actes chirurgicaux aux conséquences dévastatrices et des chimiothérapies parfois mortelles pour souvent des microtumeurs qui n’auraient pas évolué en cancer.
La journaliste Sylvie Simon estimait que 85% des chimiothérapies étaient inutiles !
– les décès liés aux rayons dans les traitements des cancers (thérapie souvent inutile, très douloureuse et dangereuse)
– les problèmes de santé générés par la pilule contraceptive (cancers, embolie pulmonaire, phlébite, dépression, risque accru de maladies cardiovasculaires, etc.)
– les complications à l’accouchement parce qu’on impose une position allongée à la femme qui accouche (ce qui engendre des douleurs importantes, et donc le besoin de péridurale, ce qui ralentit le travail et au final augmente le recours à la césarienne !)
– la création de maladies psychiatriques pour permettre le développement de nouveaux traitements. Le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est la bible des psychiatres. Il catégorise les « maladies mentales » et leur associe une prise en charge et des traitements médicamenteux. Il est très souvent critiqué comme étant un prétexte et une justification pour prescrire des médicaments souvent dangereux, aux nombreux effets indésirables, et qui ne règlent jamais les problèmes qu’ils sont censés traiter.

Pour toutes ces raisons (et bien d’autres), c’est souvent une bonne idée de ne pas prendre de médicaments (ou de se limiter à ceux qui sont indispensables selon votre état de santé) et d’avoir une bonne hygiène de vie pour préserver sa santé.

Nourriture saine, extériorisation des émotions, façon joyeuse de voir la vie et soins naturels sont la meilleure garantie d’une vie longue et en bonne santé.

Les gens qui vivent en bonne santé et longtemps sont majoritairement ceux qui ne vont jamais voir un médecin. Etonnant ?

Avec un foie encombré, vous augmentez radicalement les effets iatrogènes des médicaments (le foie n’est plus en mesure d’éliminer les résidus de médicaments, vous vous intoxiquez !).

Du coup, je m’adresse maintenant à celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler du nettoyage du foie (celui qui nous fait évacuer des calculs biliaires aux toilettes !) ou qui ne savent pas comment s’y prendre.

Si vous avez avalé de grandes quantités de médicaments, si vous avez subi de la chirurgie dans votre vie, si vous êtes exposé à la pollution (qui ne l’est pas aujourd’hui ?) que votre nourriture n’est pas au top et que votre vie émotionnelle est compliquée, si vous sentez le besoin de vous « décrasser ». Si vous voulez faire LA cure qui fait du bien à votre corps, je vous recommande vivement le nettoyage du foie (d’autant qu’on est maintenant en lune décroissante, c’est a priori le bon moment).

Une façon élégante de se débarrasser de problèmes de fatigue, migraine, prise de poids, hypercholestérolémie, problèmes digestifs, douleurs articulaires, etc.

Le foie est l’organe de détoxification des toxines (issus du métabolisme de votre corps) et toxiques (résidus de médicaments, pesticides, et autres polluants) de notre corps. C’est une bonne idée de le chouchouter !

Je suis un grand fan du nettoyage du foie (j’en ai fait une dizaine), qui m’a permis de me débarrasser d’une douleur intense au talon, puis de ballonnements ! J’ai fait mon dernier nettoyage du foie il y a 3 semaines, avec encore une fois un ressenti très agréable (sensation de légèreté, d’énergie démultipliée, sommeil plus réparateur) et en plus à mon étonnement, j’ai évacué  encore pas mal de calculs !
Je veux en savoir plus sur ce nettoyage du foie !A votre pleine santé et à votre énergie.

A votre santé !

Jérémie