Pourquoi “docteur” est un mot souvent mal employé

par | 31 Juil 2019 | Non classé | 157 commentaires

Et qui est vraiment “docteur” ?

 

Voici une révélation :

La médecine moderne se contente de “cacher les symptômes”.

Pourtant, son rôle premier serait de chercher les causes pour nous guérir en profondeur.

Et à trop vouloir cacher les symptômes, elle finit même par être dangereuse pour notre santé.

Évidemment, les praticiens ont envie de te soigner, mais les moyens sont inadaptés.

D’ailleurs, le sujet de cet e-mail est… les praticiens.

Et nous allons particulièrement nous attarder sur le mot “docteur”.

“Holistique”, “iatrogène”, “docteur”… Tu dois me prendre pour un dictionnaire légèrement agaçant ! 🙃

Pourquoi parler de ça ?

Parce que, pour toi, “docteur” et “médecin” ont sûrement le même sens.

Tu les appelles tous “docteur” et puis c’est tout.

Mais ce terme est mal utilisé. “Docteur” se rapporte à un certain niveau d’études… que les médecins atteignent rarement !

Voici l’explication :

Un docteur est une personne qui possède un doctorat universitaire. Ce doctorat s’obtient après un travail de recherche qui dure habituellement au moins 3 ans et se conclut par la présentation d’une thèse de doctorat.

Et cette thèse est différente de la thèse de médecine (dite “thèse d’exercice”) qui est plutôt un mémoire.

D’ailleurs, l’Insee distingue les doctorats de recherche (niveau Bac+8) des “doctorats de santé”, qui sont quant à eux classés au même niveau que le Master (Bac+5). [1]

Conclusion ?

La majorité des médecins ont donc un niveau Master en médecine. Et pas un niveau de docteur !

Pour être de véritables médecins “docteurs”, ils doivent ajouter 3-4 ans de recherche à leurs études déjà longues.

Dans la santé, “docteur” est en fait un titre professionnel. Ce qui crée une grosse ambiguïté sur ce terme.

Mais cette ambiguïté va sans doute disparaître avec le processus d’harmonisation des diplômes dans le cadre de l’Union Européenne (“processus de Bologne”).

Et tant mieux, car…

En France, les vrais docteurs doivent éviter de se faire appeler “docteurs” !

Enfin, c’est déconseillé comme tu vas le voir dans les lignes suivantes…

Je vais prendre mon exemple pour que tu comprennes mieux :

Je possède un doctorat en recherche environnementale de l’Imperial College de Londres.

Le sujet était l’étude des impacts environnementaux des agrocarburants. Dans les faits, j’ai analysé les politiques française et britannique en matière de promotion de ces agrocarburants.

D’ailleurs, si tu as le courage (et surtout l’envie) de jeter un œil à ma thèse, voici le lien : “Are current agrofuels a valid tool to tackle climate change? – An assessment of French and British ‘biofuel’ policies”. [2]

Pour la petite histoire, l’Université, ainsi que d’anciens collègues, utilisent la formule Dr. Jérémie Mercier lorsqu’ils me contactent.

Le titre de docteur peut apparaître sur les cartes bancaires ainsi que sur les papiers d’identité en Angleterre.

Sauf qu’en France, si tu as un doctorat, les gens te déconseilleront d’utiliser officiellement le titre de “docteur” !

Car ce terme est utilisé pour les médecins.

Si tu as un doctorat en philosophie ou en chimie, il est clair que tu fais zéro diagnostic et encore moins de prescription de médicaments.

En résumé, en France :

Alors que les médecins n’ont en grande majorité pas de doctorat universitaire (le seul qui permette d’obtenir le grade de docteur), ils se font appeler “docteurs”.
Tandis que ceux qui possèdent le titre de docteur car ils ont passé une thèse de doctorat doivent renoncer à l’utiliser, alors qu’il est reconnu dans le monde entier !

Le monde marche sur la tête !

D’ailleurs, plusieurs personnes parlent de ce paradoxe. C’est notamment le cas d’Hervé Causse ou du Syndicat National des Scientifiques Hospitaliers. [3,4]

Ils expliquent que si les gens voient que tu te définis comme docteur alors que tu n’es pas médecin, ça peut vite aller loin !

Imagine :

Tu te fais convoquer par la police.

Elle t’accuse d’exercer illégalement la médecine.

Pourquoi ?

Parce que tu écris sur ton site que tu es docteur. Alors que tu n’es pas sur la liste de l’Ordre des médecins (ce qui n’a rien à voir avec docteur comme tu l’as compris).

Évidemment, avec l’explication précédente, tu peux te défendre facilement.

Incroyable ?

C’est pourtant ce qui m’est arrivé à Nantes en février 2016 ! Voici le le lien si tu souhaites en savoir plus. [5]

Utiliser les mots correctement, c’est essentiel

Appeler un médecin “docteur” est une erreur.

Les personnes qui ont un doctorat devraient pouvoir être appelées “docteur”, ce qui est un gage de leur qualification et leur compétence à faire un travail de recherche original.

Et les médecins, pharmaciens, dentistes, vétérinaires… devraient utiliser leur vrai titre (titulaire du Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales) ou nom de profession.

Ils devraient pouvoir se faire appeler “docteur” s’ils ont effectivement un doctorat de 3ème cycle bien sûr (c’est peu fréquent, mais ça existe).

Alors oui, leur profession perdrait peut-être en éclat…

Mais cet éclat serait vite retrouvé si ces professionnels étaient formés à la santé plutôt qu’à la “gestion” des maladies.

J’ai d’ailleurs une grande admiration pour ceux qui s’ouvrent déjà à une approche plus holistique de la santé.

Bravo à eux, car ils arrivent à échapper aux conditionnements issus de leurs études et maintenus par les lobbies pharmaceutiques.

Maintenant, avec toutes ces explications, tu peux encore mieux comprendre les films et séries TV étrangers !

Eh oui, tu sais pourquoi le Dr. Emmett Brown se fait appeler Doc dans Retour vers le Futur, tout comme Sheldon Cooper et ses amis dans The Big Bang Theory. 😉

Même l’étymologie est preuve de la mauvaise utilisation du terme

Allez, promis.

Après cette explication, ce sera fini pour les leçons de vocabulaire.

Le mot “docteur” vient du verbe latin docere, qui veut dire “enseigner”.

Ton médecin, il t’enseigne la santé ?

Pas vraiment, il tente de traiter les symptômes en prescrivant des médicaments.

De mon côté, je souhaite t’enseigner à prendre en main ta santé.

Tu peux donc dire que je suis docteur par mon diplôme et par mon objectif professionnel.

Mais pas besoin de m’appeler docteur. Le but de ce message est tout autre.

Si tu aimes quand les choses sont justes, alors tu auras certainement trouvé une utilité à cet e-mail.

Et toi, penses-tu qu’il faut arrêter d’appeler les médecins “docteur” ? Crois-tu que l’utilisation de ce terme dore un peu trop leur image ?

Jérémie

PS : J’attends les commentaires ci-dessous.

Sources :

[1] Niveau de diplôme (recensement de la population). Insee. Published May 21, 2019. https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1785

[2] Mercier J. Are current agrofuels a valid tool to tackle climate change? : an assessment of French and British biofuel policies. Published online 2011. https://ethos.bl.uk/OrderDetails.do?uin=uk.bl.ethos.538681

[3] Causse H. Le titre de « docteur » n’appartient pas aux médecins ! N’est pas « docteur » qui veut et qui l’est a son honneur ! Mise au point sur le titre de docteur ou l’histoire d’une méprise publique avec la médecine (Cass. crim. 20 janvier 2009, n° 07-88122). Published May 9, 2009. https://www.hervecausse.info/Le-titre-de-docteur-n-appartient-pas-aux-medecins–N-est-pas-docteur-qui-veut-et-qui-l-est-a-son-honneur–Mise-au_a249.html

[4] Du titre de Docteur. SNSH. https://www.snsh.info/memento-usage-du-titre-de-docteur/

[5] Mercier J. Ma convocation par la police jeudi dernier : choquante mais tristement banale ! Published February 29, 2016. https://www.jeremie-mercier.com/suite-convocation-police/

157 Commentaires

  1. Non, le diplôme des médecins et des chirurgiens n’est pas le DFASM, enfin pas seulement. Ils obtiennent le DFASM après la fin de leur deuxième cycle mais le diplôme permettant la pratique de la médecine et de la chirurgie est le Diplôme d’État de Docteur en Médecine , qui est bien un diplôme de troisième cycle. Pour les Pharmaciens, les Dentistes et les Vétérinaires, c’est pareil, à cela prêt qu’en fonction des spécialisations le troisième cycle peut être court, ramenant à « seulement » 6 ans le nombre d’année nécessaires à l’obtention du DE de Docteur en Pharmacie/Chirurgie dentaire/Vétérinaire.
    Donc autant je suis d’accord pour dire qu’il est normal d’appeler les docteurs Docteurs, autant je ne suis pas d’accord pour dire que les Médecins/Chirurgien/Pharmaciens/Dentistes/Vétérinaires ne devraient pas se faire appeler ainsi car ils ont un diplôme qui leur confère de titre de façon tout à fait explicite.

    Et pour ce qui concerne la façon dont ces personnes traitent les problèmes de santé, dites moi en quoi je fait de la « gestion de maladie » quand j’anesthésie un patient qui vas se faire opérer (je suis anesth-rea). Ne serait ce que pour une fracture, même si c’est tout con comme problème, c’est toujours sympa d’avoirs quelques médicaments qui viennent de l’industrie pharmaceutique quand on se fait fendre le bras pour remettre les os en place.

    Réponse
    • Thomas, avez-vous regardé les liens que j’ai mis en bas d’article ?

      Effectivement, un anesthésiste-réanimateur ne fait pas directement de gestion de maladie. Il gère l’anesthésie et tout ce qui est autour, en soutien à ceux qui font de la gestion de maladie. Dans certains cas (en particulier traumatologie ou urgences), l’anesthésie et les interventions chirurgicales peuvent être intéressantes, voire indispensables.

      Dans la très grande majorité des cas, la médecine, c’est bien de la gestion de maladie, sans éducation à la santé préalable, sans responsabilisation du « patient », sans chercher à résoudre les causes responsables des symptômes, au bénéfice d’une industrie de la maladie qui est bien contente que ça se passe comme ça.

      Après, je suis conscient que les mensonges de cette industrie sont tellement énormes qu’on a du mal à y voir clair. J’y mis des années à comprendre, étant hors de ce sytème, donc il faut plutôt partir sur quelques décennies quand on est en plein dans le système je pense…

      Bon courage à vous et bonne continuation !

      Réponse
  2. Et oui! Mon mari est anglais. Docteur (en philosophie officiellement). Nos premiers voisins étaient rassurés quand ils ont vu du courrier avec “Dr. machin” car elle était enceinte. Nous réveiller à 2h du mat’ en cas de pépin n’aurait servi à rien…
    De plus les sciences sont encore cataloguées à l’ancienne, donc son titre est docteur en philosophie, mais sa spécialité c’est…l’électronique! Un autre débat.

    Réponse
    • Voilà, comme ton mari, je suis également « Doctor of Philosophy », appellation générique au Royaume-Uni pour les docteurs de 3ème cycle, mais mon doctorat était en recherche environnementale :)
      Je milite pour l’arrêt de cette confusion. Il y a les docteurs et les médecins… rien à voir !

      Réponse
  3. Juste pour te dire queje n’ai pas lu entièrement ton article ,loin s en faut .mais je vois que tu en as après les médecins qui se font appeler Docteurs. Tu sais ,quand je suis née, on ne choisit pas ,je suis tombée dans un chaudron de médecins. Mon grand père, mon papa ,mes tontons mes cousins ,oui c’est une saga ,on peut dire,i de médecins. . Puis après, mon frère, ma belle sœur, mon beau frère .et d’autres personnes attachées à ma famille sont des médecins aussi ,avec certaines spécialités. Mais tous ne sont pas aussi fermés que tu le dis .il y en a qui suivent de près toutes les alternatives à la médecine traditionnelle ,celle qu’ils ont appris sur les bancs de la faculté. Je ne t’en dirai pas plus pour aujourd’hui .

    Réponse
    • Je sais bien qu’il existe de rares médecins qui sortent des sentiers battus et des conditionnements de leur formatage en fac de médecine.
      Ça n’empêche que ce titre de docteur est usurpé :)

      Réponse
  4. Bonjour,

    Je suis étonnée de votre discours sur le doctorat. Les médecins ont un titre de docteur en médecine, après 9 ans d’études post-bac pour les generalistes, et 10 à 12 ans pour les spécialistes. Un master est obtenu après 5 ans d’etudes post-bac

    Alors vouloir ramener leur diplôme à un niveau  master me parait déplacé. Et se valoriser n’est pas dévaloriser les autres !

    Sur le site du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation , on peut lire :
    Le doctorat, d’une durée de trois ans après l’obtention du diplôme national de master ou sur la base de la reconnaissance d’un niveau équivalent, permet d’obtenir, après soutenance d’une thèse, le grade de docteur.

    Les docteurs universitaires ont un bac+8, voire bac+9.
    Lew docteurs en médecine, bac+9  jusqu’à bac+12

    Réponse
    • Lisez mes arguments et acceptez de revoir votre croyance. J’ai mis toutes les infos dans l’article !

      Réponse
  5. Peut-être que le terme « docteur » est utilisé de façon inappropriée par les médecins mais depuis mon enfance et probablement avant, nous les appelons ainsi et pour beaucoup, je ne sais pas s’ils arriveront à se défaire de cette habitude. (J’ai 72 ans).
    Pour ma part, il m’arrive souvent de dire  » Monsieur ».
    Ce que je leur reproche beaucoup aujourd’hui c’est qu’il n’y a plus de médecin de famille et que, quand on vient les voir, ils n’ont même pas consulté notre dossier médical.
    Depuis le deremboursement progressif de nombreux médicaments en ORL, Homéopathie et circulation veineuse, j’ai pris ma santé en main et en 2021, je n’ai consulté le médecin qu’une fois + une fois le Samu quand je me suis tapée une gastro sévère. Ils m’ont juste conseillée et du fait que j’avais tout ce qu’il me fallait dont 2 médicaments allopathiques, paracétamol inclus que je n’ai pris que 2 ou 3 jours, ça s’est rapidement passé mais j’en avais profité pour faire une petite cure détox avec une tisane.

    Pour moi, je suis convaincue que la santé doit être une approche globale et le Dr Birscher, médecin suisse, l’avait compris dès les années 1900 et avait été mal jugé par ses pairs de ce fait. Je ne sais pas s’il avait le titre académique mais il a aidé de nombreux patients grâce à son approche globale de la santé et ses cures de remise en forme dans sa clinique de Zurich, ses enveloppements de Prietnitz où l’alimentation, le soleil, la marche, la sieste, les douches écossaises, avaient une bonne part.

    Merci de nous rappeler le bon sens car on vit dans une société où les titres ronflants ont souvent plus d’importance que les compétences.
    Je me rappelle d’un recruteur qui m’a fait remarquer qu’il devait payer plus cher quelqu’un qui avait le baccalauréat alors qu’il n’avait pas forcément plus de compétences.

    Bon courage à vous et metci

    Réponse
    • Merci pour votre partage et bonnes découvertes dans ce chemin de la reprise en main de votre santé !

      Réponse
  6. Excellent article tellement éclairant !
    Merci beaucoup Jérémie !
    Marie-Annick

    Réponse
  7. Merci docteur jeremie, tu m’apprends énormément de choses et tu eveilles mon esprit. Ne change rien !

    Réponse
  8. Bravo et merci pour cette information. J’y penserai la prochaine fois que j’irai voir mon médecin.

    Réponse
  9. Je pense qu’il faudrait faire connaitre cet organisme parasite d’état , tout comme Doctolib qui pompent l’argent de la SS, au détriment des français, qui, effectivement ne sont pas informés, beaucoup par manque de temps ! BRAVO pour vos messages très instructifs.

    Réponse
  10. Sacrée mise au point, et ça fait du bien d’appeler un chat un chat ! Je crois que certains vont tousser ! Ceci dit cela n’enlève rien à leur compétence. Quant à arriver chez mon médecin en disant « Salut Juju ou Nanard » ! J’avoue que j’aurai bien du mal !
    Merci pour l’info

    Réponse
    • Haha, oui j’aime bien faire ce genre de mise au point. Sinon, juste M. ou Mme Machin, c’est très bien aussi :)

      Réponse
  11. Je suis MD,PHD
    désolé de te contredire mais tu dis un peu n’importe quoi pour décrire les médecins. Tu es loin d’être un expert en santé et tu es loin de savoir enseigner la médecine ou la santé juste avec un PhD

    Réponse
  12. je suis etonnee et ahurie de ce langage de JUGEMENT , si vous voulez eclairer les esprits certainement pas avec tant de propos hostiles. apportez de la lumiere et non de la haine, vous ne faites qu empirez la discordance et nous eloignez les uns des autres .J aimerais bien vous voir faire ces longues annees de specialisation apres 11 ans d etudes acharnes avec des gardes penibles cumulees alors que vous passez vos soirees detendues en boite. on apprend l humilite Monsieur dans notre metier avant tout mais je crois que votre DOCTORAT vous est monte a la tete. De la part d un Humble Docteur en Medecine.
    Je me desabonne. merci pour vos lumieres.

    Réponse
    • Bonjour et pas de souci pour le désabonnement. Je sais que la réalité, cruelle, peut piquer.
      Mon job est de dire des choses vraies sur la santé, et notamment à revenir sur des fondamentaux branlants depuis trop longtemps.

      Je ne sais pas si vous avez lu mon article jusqu’au bout (je ne le pense pas) mais justement mon doctorat ne me monte pas à la tête, car je ne demande jamais à me faire appeler docteur, alors que contrairement aux médecins classiques, ce titre est tout à fait valable et légitime dans mon cas ;)

      Bonne continuation à vous !

      Réponse
  13. Bonjour,
    merci d’avoir fait cette précision que je ne connaissais pas. Je comprends maintenant pourquoi au Portugal les gens disent « docteur » à mon neveu alors qu’il a un master et doctorat en économie.

    Réponse
  14. Très bien écrit, monsieur Bernard Logerot, je vous invite à lire l’article, et de le comprendre,

    Réponse
  15. Bonjour Jérémie, je n’avais jamais réfléchi à cette question. C’est vrai, les médecins ne sont ni chercheurs ni « enseignants » généralement. Mais je pense que dans l’esprit de la plupart des gens, docteur est juste un titre qui impose une certaine soumission (hélas). Cela me paraît absurde d’appeler les avocats « maître », les titulaires d’un doctorat « docteur », de toute façon, et quand je le fais, c’est au cas où ils s’offusqueraient, pour avoir la paix. J’ai HORREUR de la hiérarchie (y compris familiale) et je pense que les êtres humains pourraient vivre sans, si on les laissait grandir en étant à l’écoute de leur sagesse instinctive, sans entraver leur soif d’autonomie, leur curiosité et leur empathie naturelles. Comme vous j’attache énormément d’importance à la justesse des mots. Et, par exemple, le mot « enseignement » ne suppose-t-il pas une verticalité entre enseignant – au-dessus – et enseigné – en-dessous ? Ne faudrait-il pas trouver un terme incluant le concept d’échange entre les connaissances de l’expert et celles du profane ? Car chacun est capable de sentir ce qui est bon pour sa santé, pour peu qu’on l’aide à se reconnecter à lui-même et qu’on partage avec lui un minimum d’informations. Chacun à beaucoup à apprendre à travers l’écoute attentive et spontanée de l’autre, non ? Je ne supporte pas cette verticalité dans les cabinets médicaux… ni ailleurs. J’apprécie que vous parliez de vous, de votre vécu, car pour moi c’est la base d’une communication équitable et transparente et tout médecin devrait prendre le temps de le faire, au lieu de se placer au-dessus du « patient » (mot qui m’énerve aussi) sans se dévoiler lui-même ni manifester un sincère intérêt sur ce que sait – sent, ressent – aussi le « patient » qui pourrait remettre en question sa propre vision limitée. Voili voilà :-) Anne

    Réponse
    • Oui, c’est bien comme ça que ce titre est utilisé : pour créer une soumission à une personne qui devient de facto détentrice d’une certaine autorité.
      Personnellement, je n’appelle jamais le titre « maître » pour un avocat, ni le titre « docteur » pour un médecin, sauf éventuellement s’il est effectivement détenteur d’un doctorat de 3ème cycle… et encore !
      Pour le mot « enseignement », c’est vrai qu’il y a une certaine verticalité. Il faudrait revenir au concept de réminiscence développé par Platon, et un « enseignement » qui est plutôt un accouchement de pensée et de notions déjà sues par la personnes, mais qui doivent revenir à la surface par un travail de maïeutique (il me semble).
      Sinon, j’accepte quand même que des personnes aient des connaissances que je n’ai pas et que je suis ravi d’acquérir en lisant leurs « enseignements » ou en leur posant des questions :)

      Réponse
  16. Exact, tous comme les docteurs en chiropratique ou en veterinaire…..ce ne sont pas des medecins mais des docteurs dans leur discipline respective.

    Réponse
    • Non, ils ne sont pas docteurs. Ces titres sont trompeurs et usurpés.

      Réponse
  17. Bonjour Jérémie,

    Je vous suis comme je suis tous les braves qui apportent du leur et surtout du contenu à leur lutte contre cette folie qui s’est abattu sur nous.
    Je suis sur FaceBook en nom propre et poste beaucoup de choses qui vont dans la ligne que vous suivez et développez.
    J’espère que nous pourrons en parler une fois ! Ou deux dans le futur.

    J’a 73 ans et suis Docteur en Sciences de l’Université de Bruxelles ULB et de l’Université des Sciences et techniques de Lille.
    Le rôle modulateur du macrophage péritonéal de la souris dans les métabolismes des cellules tumorales de mélanome in vitro,
    Université Lille1 – Sciences et Technologies / 1981
    J’ai beaucoup travaillé les cellules effectrices pulmonaires également et parlé de cytokines, interleukines et interferons soit les langages cellulaires.
    Nous en étions aux balbutiements. Ce dont je suis le plus fier c’est du développement de l’évaluation de la Cytotoxicité qui a permis de se passer de masses énormes d’animaux sacrifiés. La guerre que j’ai livré aux « animaliers » fut épique.
    Ils n’ont pas gagné la guerre mais j’ai perdu des batailles au début.

    Vous avez écrit l’article que j’aurais voulu écrire et donc tout est bien.
    J’ai cependant pris le parti de tous les VRAIS Chirurgiens qui refusent de se faire appeler Docteur par leurs collègues médecins.
    Ils se font appeler « monsieur » tout simplement pour ne pas céder à la condescendance de ceux qui usurpe le titre en effet et qui le leur ont refusé pendant longtemps.

    Much ado about nothing mais il faut mettre les points là ou ils doivent être mis et comme dit Scaramouche  » à la fin de l’envoi! « Je touche »  »

    En attendant des usurpateurs absolument culottés ont réussi le coup d’accaparer tous les pouvoirs par déception et trahison. La constitution que nous croyons nous protégé n’a pas résister d’autant qu’il y a eu peu de gens pour la défendre.
    Les thuriféraires , sycophantes (délateurs de voleurs de figues) et gonfaloniers de certains princes et rois auto proclamés ont fait main basse sur nos vertus civiques nous ravalant au grade de pleurnicheurs égoïstes.
    L’hypnose et la sidération ont soumis les esprits au fait du maître d’une oeuvre comme un pot au noir subitement apparue sans crier gare! Partout et même à Perpignan.

    L’expérience de cette dictature sanitaire installée par PsyOp Choc & Chaos (Annie Cordy) nous a tous fasciné un temps car on ne pouvait vraiment y croire mais cela commence à bien faire et il est temps que la baudruche à Golem apprentis sorciers s’effondre sous les coups de butoir de nous tous en chœur.

    Plus de Boogie Woogie de Covid ce soir vous allez au Chateau d’If pour que Raoult et Fouché vous surveille de près.

    Je reste à votre disposition pour toute information que mon expérience de complots et fausses bannières m’ont apprises depuis ma tendre jeunesse et qui pourraient vous être utile.

    Je crois que les choses arrivent en vue d’une Catharsis intéressante et une Némésis lourde pour les pourfendeurs de nos libertés.

    Continuez votre juste combat qui s’appuie sur le détail et l’intelligence que même la CIA et autre DGSE n’ont plus.
    Il est temps de remplacer tout le mobilier politique et administratif.
    Vaste entreprise qui achoppera sans doute sur de multiples pierres des corruptions installées qui essayeront de se maintenir en place.

    Il faut y croire et vous comme Raoult, Christian, Jean-François, Jean-Bernard, Louis et bien d’autres êtres sincères et intelligents en sont capables.
    ces tartuffes doivent être évincés et humiliés à leur tour.

    Vous avez bien fait de partir en Estonie. j’y ai des amis CouchSurfers…
    Faites gaffe,

    A bientôt Jérémie

    Réponse
    • Merci pour votre message !

      Oui, je pense que les plans de nos dirigeants vont échouer car ils ne vont pas réussir à maintenir en hypnose encore très longtemps les peuples. Leurs mensonges se dégonflent petit à petit et j’espère qu’on va prochainement en finir avec cette fausse pandémie…

      Réponse
  18. Bonjour Jérémie,
    Je vois que tu as un avis très éclairé sur la façon de traiter la maladie et ses causes. Je souhaiterais te soumettre le cas de ma mère diabétique, qui a 80 ans et qui souffre d’arthrose du genou avec de grande difficultés pour se déplacer. Justement son médecin lui a prescrit des médicaments à vie concernant son diabète et n’a aucune solution concernant son problème d’arthrose, il évoque le fait en dernier lieu, par la mise en place d’une prothèse du genou. Je ne sais pas comment m’orienter pour trouver le spécialiste avec des soins naturelles pour apaiser ses douleurs et rassurer ma mère dans cette longue épreuve qu’elle traverse. Que peux tu me préconiser dans pareille situation?

    Réponse
  19. Je n’ai pas lu jusqu’au bout mais ce qui est sûr, c’est que les titres, diplômes sont importants pour ceux qui ne sont pas arrivés intérieurement car ils ne signifient rien du point de vue humain….& bizzarement, c’est souvent ceux qui les ont obtenus ou leurs envieux qui accordent bcp trop d’importance à ces « étiquettes ». Cela me rappelle la réaction d’un ingénieur qui m’avait mandaté & s’était offusqué de mes tarifs, moi qui n’avait qu’un bac + 2…quelle intelligence gâchée de penser comme cela! Je préfère de loin le bon sens non diplômé!

    Réponse
    • Les diplômes sont juste l’indication qu’on a un niveau d’études. Ce ne sont pas forcément des bons indicateurs des compétences, je suis entièrement d’accord.
      Ce qui est surprenant avec le titre de docteur en particulier, c’est que c’est un grade dont l’appellation a été prise en otage par la médecine. Lisez jusqu’au bout l’article si vous voulez comprendre le fond de ma pensée ;)

      Réponse
  20. Bonjour Jérémie ! Ce que je trouve pénible , en temps que patiente , c’est la guéguerre entre homéopathe et allopathe ! je me suis fait traitée de « cinglée » (texto) , par une femme médecin car je voyais un homéopathe !!!!!!!!…. mais celui qui m’a vraiment soigné avec étude de terrain et discussion sur l’alimentaire , c’est l’homéopathe ! Qui , en plus était ostéopathe !!! Une perle +++
    Par contre , je ne sais quoi penser des « internistes  » vu à l’hôpital de Chambéry en 2010 , qui , pour évaluer mon syndrome de Raynaud et maladie de Gougerot Sjogren , m’ont fait une batterie d’examens et m’ont renvoyé chez moi en me disant que la science ne savais pas soigner ces maladies rares et que le stress n’arrangeait rien !!! «  »Notre système de santé qui était envié dans le monde entier a beaucoup régressé depuis 20 ans  » …phrase de mon médecin généraliste -homéopathe-acupuncteur entendu il y a 15 jours ! et aussi  » ce n’est plus de la médecine mais de la politique « !!!  » toubib or not to be » that is THE question ?? ( sourire)

    Réponse
    • Merci pour ton témoignage. Il y a effectivement une guerre contre les approches de santé efficaces.
      Seul ce qui est inefficace et cher est aujourd’hui promu, car beaucoup plus rentable pour l’industrie de la maladie qui a pris le pouvoir un peu partout dans le monde avec la complicité de gouvernements corrompus. La plupart des médecins conventionnels n’ont pas suffisamment de jugeote pour comprendre qu’ils ne sont que les pions de cette industrie.
      Il y a beaucoup de boulot pour remettre la santé au coeur du système de soins comme tu peux l’imaginer ! Mais j’y crois !

      Réponse
  21. Je finis la lecture de votre article et de qqs commentaires.
    Ce qui me chagrine cest de voir que l’humain en est encore à se comparer, à se bagarrer pour être reconnu, pour être  » le meilleur! »
    J’apprécie grandement votre article et votre démarche en général qui, si on sait en saisir l’essence nous amène bien sur le chemin de l’autonomie en matière de santé.
    Puisse les hommes dépasser un jour leur ego pour avancer main dans la main vers plus de compréhension mutuelle, de reconnaissance de cette complémentarité qui devrait nous unir plutôt que nous diviser!

    Réponse
    • Oui ! Les titres ne devraient pas avoir une grande importance. Les compétences et les résultats sont ce qu’il y a de plus important !
      Mon objectif est bien d’aider ceux qui le veulent à reprendre en main leur santé. Un parcours semé de nombreuses embûches posées par l’industrie pharmaceutique et les politiques acoquinés qui sont aujourd’hui au pouvoir… À bientôt pour la suite des aventures !

      Réponse
  22. Bravo d’avoir oser écrire cette vérité cachée. C’est grace à vous (enfin doc djonouma en locurence) que ma femme voit le bout d’un longue maladie ailleurs incurable.
    Profond respect pour vous,
    Steve

    Réponse
    • Excellent ! Je suis ravi de lire cela Steve. C’est pour une histoire de Lyme ? Bravo et bonne reprise en main de votre santé !

      Réponse
  23. UN COMBLE
    Docteur en psycho-philosophie depuis 1982 et pratiquant des consultations depuis ma maitrise de psychopathologie une plainte de l’ordre des médecins avait été déposée à mon encontre pour exercice illégale de la médecine.

    Après explication sur mon activité, l’ordre des médecins en a convenu qu’il n’y avait pas d’exercice illégale de médecine.

    En revanche il m’avait été demandé de ne plus mentionner le titre de docteur sur mes rapports avant ou après mon nom, car selon le président de l’ordre pour se prévaloir de ce titre il fallait faire une thèse de +/- 80 pages. Je lui avais fait remarquer que ma thèse avait juste un zéro de plus soit environ 800 pages.

    La plainte auprès du procureur fut retirée après cette rencontre avec l’ordre.

    Lors de mes consultations, je ne revendique aucun titre mais sur mes rapports ou notes d’honoraires, le titre de docteur y figure et je compte bien le maintenir.

    Lors de mon examen de thèse il m’a été précisé, je cite : <>.

    Le titre de docteur n’est qu’un garde de connaissance dans un Domain X et non pas une fonction, un métier. Levons cette ambiguïté de docteur égal médecin.

    Réponse
    • Merci pour ton témoignage Christian ! Il y a tellement à dire sur l’ordre des médecins, une organisation qui baigne dans tellement de scandales…
      Sinon, oui, finissons-en avec cette idée fausse « docteur = médecin ». Ces termes n’ont rien à voir !

      Réponse
  24. Bravo pour cet article. Cela me conforte dans ma tendance à supprimer tous les titres comme docteur ou votre honneur ou mon général. Même monsieur est un peu louche à mes yeux. Je m’estime à égalité avec tous qu’ils soient professionnels de la santé ou autre et qu’ils aient un quelconque diplome. Je ne dois pas me rabaisser devant quiconque parce que son niveau intellectuel est supérieur. Je respecte l’intelligence et elle est ailleurs. J’ai vu la bêtise de certaines personnes dites instruites et briller l’intelligence d’analphabêtes.

    Réponse
    • Exactement ! Seuls comptent véritablement les compétences de la personne. Les diplômes et autres titres n’ont pas de rapport direct avec ces compétences !
      Et l’intelligence n’est pas non plus directement liée au niveau d’études :)

      Réponse
  25. Merci pour cet éclairage cher Doc J.M. !
    De mon côté aussi j’ai à coeur d’utiliser le mot juste pour autant que…
    Souvent mon entourage me le reproche, mais je persiste et signe :
    Vous m’y encouragez ;)
    Bien cordialement, Julie

    Réponse
    • Haha ! Comme je l’ai dit je ne demande même pas qu’on m’appelle docteur (ou doc), même si je le suis. Par contre, je n’appelle aucun médecin docteur car ce n’est pas une bonne utilisation de ce mot (sauf rares cas où ils ont effectivement un doctorat de 3ème cycle).
      Pour moi aussi, l’utilisation des mots juste est d’une importance capitale. Donc on continue :)
      À bientôt !

      Réponse
  26. Bonjour Jérémie,
    Merci de nous avoir éclairés sur ton titre mais aussi sur les docteurs en médecine qui st là pour le commerce des maladies et non pour la prévention.
    Étant infirmière je connais bien ce monde hostile et arrogant des hôpitaux et autres!
    Merci encore et prend bien soin de toi ! Bonne continuation !

    Réponse
    • Merci pour ton message et ton partage. J’ai connu ce monde via ma mère qui était infirmière à l’hôpital et qui m’en racontait des vertes et des pas mures. C’est dingue que des personnes qui ont fait ce métier pour aider les autres se retrouvent souvent à être des personnes qui maltraitent leurs semblables pour des questions d’égo et d’incompréhension crasse des principes de santé ! Ce qui est encore plus fou, c’est que les patients ne s’en rendent pas compte… J’espère aider à participer à ce réveil !

      Réponse
  27. Bonjour Jérémy,
    Merci pour ce post, et cette façon de remettre les « pendules à l’heure » . Les bons mots sur les bons titres cette précision est importante surtout en cette période ou la France me parait marcher la tête en bas.

    Réponse
    • Merci ! Les mots mal utilisés causent à mon avis énormément de tort, et c’est ainsi que le gouvernement et les médias font peur à tout le monde en parlant notamment de « cas » et de « malades » au lieu de dire « test PCR positifs au bout de plus de 40 cycles », ce qui n’a rien à voir.

      Réponse
  28. Bravo

    Réponse
  29. En Allemagne, les Heilprakiker, praticiens de santé, se font aussi appeler docteurs. Idem aux EU.

    Réponse
    • C’est une utilisation inexacte du terme docteur, peut-être pour copier les médecins et bénéficier du prestige du titre ? Cependant, comme les médecins le font de façon courante, je ne vois pas pourquoi ils le leur reprocheraient cela dit !

      Réponse
  30. Voilà près de 19 ans que j’ai obtenu le titre de docteur en psychologie clinique et pathologique et ai bénéficié du doctorat unique de 3ème cycle universitaire au regard de l’arrêté ministériel du 30 mars 1992; à cette époque il fallait avoir passé les épreuves d’un DEA et présenté un mémoire sur notre recherche envisagée. Pour ma part j’étais déjà titulaire d’un DESS (master 2 ) de psychologie clinique ce qui correspondrait normalement à bac+9 avec le DEA. Malgré tout cela lorsque j’écris je ressens des difficultés à faire usage de mon titre de doctorat craignant les commentaires peu élogieux ou les railleries de certains « conservateurs » un peu abrutis par leurs idées préconçues !!! Merici chers confrères pour tous ces commentaires fort utiles pour moi. Bonne continuation.

    Réponse
  31. Dr. René Meria. Merci chers amis et confrères pour tous ces commentaires qui m’aident à m’y retrouver dans cet imbroglio. Je suis titulaire d’un DESS (master 2) et d’un doctorat de 3ème cycle de psychologie clinique et pathologique. J’hésite toujours de mettre mon titre de docteur (Dr) devant mon nom en explicitant l’intitulé de mes études craignant certains commentaires peu élogieux ou railleries de la part de certains. Je pense en effet que devant ce conservatisme nous avons encore fort à faire. Merci encore pour votre « soutenance » et bonne route.

    Réponse
    • Merci René pour votre message. Effectivement, tant qu’en France on « croira » que les médecins sont des « docteurs », ça va être compliqué pour les vrais docteurs d’utiliser leur titre. L’usurpation de titre et la manipulation des masses a trop bien marché ;)

      Réponse
  32. Bonjour Jérémie,

    Je suis tombé sur ton blog grâce à Tal Schaller.
    Si je me permets de te tutoyer, c’est que j’ai intégré St Cloud en chimie en 1970. Je n’ai pas continué après l’agrégation de chimie (que j’ai eu du mal à avoir car ma spécialité est la chimie organique. A l’époque, il y en avait très peu). Mon épouse et moi avons eu beaucoup d’enfants et j’ai voulue enseigner en BTS chimiste, car à l’époque, l’enseignement en ch. o. y était du niveau licence et on faisait 7h de TP par semaine, ce qui permettait de vraiment se plonger dans l’expérience. J’ai terminé hors classe, en retraite depuis un peu plus de 9 ans.
    Pendant ce temps, j’ai utilisé mes connaissances en chimie pour essayer de résoudre divers problèmes de santé, en essayant d’approfondir la réactivité des substances mises en jeu, tout en critiquant la méthode universellement admise dans l’étude des mécanismes biologiques : la modélisation moléculaire.
    En effet, les équations utilisées dans ce cadre sont la plupart du temps des formules approximatives (London en 1/r^6 par exemple), et les valeurs des énergies de liaison ne sont de toutes façons obtenues que de manière empirique.
    Je préfère de loin la réflexion utilisant les réactions chimiques bien étudiées. Par exemple, j’ai été confronté à une « épidémie » de mammites purulentes et d’abcédations chez des vaches laitières qui passaient dans des étables de type « caillebotis-logette ». Les vétérinaires cherchaient des bactéries, des virus depuis des mois. Quand j’ai compris que les vaches passaient au-dessus la fosse à lisier, j’ai demandé ce qu’on y mettait. Eh bien, tous les jours, une solution (10^-4 M) d’acide nitrique le matin, et le soir, même concentration d’eau de javel, tout cela parce qu’il était obligatoire de faire s’écouler ces eaux de lavage de l’installation de l’installation de traite dans cette fosse.
    Il a été prouvé que l’eau de javel faisait apparaître des organochlorés, qui, en présence d’urée, peuvent faire apparaître des amines, amines pouvant réagir avec les produits de décomposition de l’acide nitrique. Que pouvait-on attendre comme composé gazeux toxique pouvant s’échapper de cette mixture ? Peut-être des diazoalcanes ? En tous cas, j’ai conseillé à l’éleveur de changer de lessives de nettoyage et nous avons opté pour de l’acide peracétique et de la soude, ce qui a réglé le problème.
    J’en ai conclu que beaucoup de nos soucis de santé étaient dû à une méconnaissance de l’action chimique des diverses substances utilisées, et pas nécessairement de virus…
    Et j’ai commencé à analyser les structures des divers médicaments. On constate une grande unité, quelque soit l’indication qu’on leur donne. On retrouve très souvent un cycle aromatique activé vis à vis des électrophiles (phénol, éther de phénol, naphtols,…) et un azote secondaire ou tertiaire.
    Connaissant bien les dérivés azotés oxydés, j’ai découvert l’importance biologique du monoxyde d’azote, ainsi que celle de son dérivé le peroxynitrite, qu’on retrouve impliqué dans de très nombreux processus biologiques : apoptose cellulaire, immunité non spécifique, formation des prostaglandines,…
    Sachant également que le dosage biologique de ce peroxynitrite se faisait par l’analyse quantitative de la présence de nitrotyrosine, j’en ai déduit que tout composé phénolique pouvait le piéger. L’idée est que la plupart des « médicaments » vont piéger ce peroxynitrite, ce qui va dérégler l’apoptose (cancer), l’immunité, les réactions liées aux prostaglandines (fièvre, douleur).
    Depuis ma retraite, j’ai suivi une formation sur 5 ans en homéopathie, et j’essaie d’approfondir son mécanisme.

    Réponse
    • Haha, bonjour cher collègue et merci pour ton message. Je te vois bien dans mon annuaire des anciens de l’ENS Lyon ;)
      Moi aussi mon truc c’était la chimie organique… ma passion à l’époque !
      Intéressant… tu remets en cause la modélisation moléculaire pour expliquer les mécanismes biologiques ???

      Merci pour ton partage d’expérience avec les mammites causées par des réactions chimiques de produits nettoyants ainsi que ta vision du fonctionnement des médicaments courants.

      Et super cette soif d’apprendre et de découvrir. Il y a tant à faire et on a besoin de gens comme toi pour je l’espère bientôt changer de paradigme en santé/médecine.

      À bientôt !

      Réponse
  33. Bravo,j’aurai aimé être médecin moi aussi

    Réponse
    • Wahiba, je ne suis justement pas médecin. Relisez l’article ;)

      Réponse
  34. Je suis plutot d’accord cher docteur, je suis moi meme chirurgien dentiste et c’est vrai que les patients m’appelle docteur ou meme pense que je suis medecin car je travail en milieu hospitalier alors souvent chez moi ils font le raccourcit. Je pense que cela vient du titre de docteur en chirurgie dentaire qui est noté sur notre diplome. Je pense qu’il faut rendre a césar ce qui est a césar sans dévoloriser néammoins le titre des autres.
    Je pense que nous sommes en marche vers une medecine intégrative et grace et des personnes comme vous et d’autre encore la santé des individus sera pris en charge a different point de vue et les patients pourront devenir de plus en plus autonome sur certains points car il est important qu’ils ne soient pas dependant de nous. De plus peut etre que la France et les francais donneront sa juste place a la prévention tres bientot j’espere! Belle journée a vous Docteur.

    Réponse
    • Haha, merci pour votre message, super de la part d’une chirurgien dentiste !
      Une approche de santé intégrative de la santé, faisant la part belle à la prévention, serait effectivement un sacré bon en avant. On en est loin malgré l’intérêt grandissant de la population en ce sens. A bientôt !

      Réponse
  35. Cet article m’a bien intéressée, je ne connaissais pas la différence entre les 2 mots : docteur et médecin. Mais puisque les mots ont leur importance, ce n’est pas une question de courage pour lire votre mémoire, si on n’a pas les moyens d’y avoir accès, je ne peux ni lire l’anglais, ni comprendre les termes propres à votre étude pour comprendre.
    Sinon, oui, il vaut mieux travailler à garder la santé que de se perdre dans la chimie.
    Le nom de mes confitures et sirops, sont des mots qui ont un lien avec le mieux être émotionnel, d’où le lien avec la santé.

    Réponse
    • Le lien vers ma thèse est mis à titre d’information ;)
      Bonne continuation avec vos sirops et confitures originales :)

      Réponse
  36. BJ Jérémie j’ai une cacchi Ricci avec des lithiases dans les deux reins pas de traitement quelle est la cause de cette maladie ? Pourquoi je fais des lithiases ? Prbs carences vit ou minéraux ! Comment savoir tout cela ! Merci éclairage

    Réponse
    • Salut Isabelle, la maladie de Cacchi-Ricci semble être d’origine génétique et augmente le risque d’avoir des calculs rénaux.
      Il est possible qu’adopter une alimentation très végétale, nettoyer tes reins et faire le nettoyage du foie puisse améliorer les symptômes et diminue ces risques (en tout cas, j’émets cette hypothèse).
      A bientôt !

      Réponse
      • Bonjour Jérémie,

        Votre blog est très instructif sur la manière complexe dont sont « empilés » les titres, diplômes et formations en France et notamment le flou artistique sur leur correspondance avec les métiers de santé…

        En fait lorsque l’on consulte les schémas de l’Onisep sur ces dernières années , on peut voir comment ils ont évolué au fil des années:

        première césure : suppression du doctorat de 3° cycle (bac +6 soit DEA +1 an) dans les années 80 (sauf pour les pharmaciens et les dentistes qui perdure encore aujourd’hui) à l’époque le doctorat d’état (et de médecine de mémoire) est déjà à bac +7 ou +8

        seconde cesure : l’introduction du master 1 et du master 2…
        Le master 1 étant l’ancienne maîtrise (Bac +4) donc correspondant à un 2° cycle et le master 2 (bac +5) correspondant au premier niveau de 3° cycle et niveau de sortie de toute école supérieure à bac +5 automatiquement par « équivalence » : école d’ingénieur, etc . Le master 2 correspondant quant à lui au précédent DESS (à finalité professionnelle – mon cas !) ou au master recherche ou DEA premier niveau pour accéder à la recherche. C’est pourquoi les chirurgiens-dentistes, sages femmes par exemple avaient il y a quelques années ce niveau (et d’ailleurs par habitude médicale au passage et historiquement le droit d’établir des ordonnances …) (cf officiers de santé du 19 eme siecle : medecins mais pas docteurs !)

        la réforme LMD : Licence Master Doctorat correspondant aux niveaux bac +3 , +5, +8 qui a me semble – t- il a simplifié les choses : un seul doctorat à bac + 8 minimum. soit trois ans de recherches après le master.

        Conclusion : il existe bien des « petits doctorats » à Bac +6 pour les pharmaciens et les chirurgiens-dentistes (hors spécialisation) , d’ailleurs me semble t il délivré après une thèse s’apparantant plus à un rapport de stage soutenues souvent en petit amphi…

        Les doctorats d’exercice en medecine à bac +8 mais en réalité de nveau théorique bac +5 : Généralistes, etc

        Les doctorats recherche à bac +8 ou plus (ie : PhD) mais également les médecins spécialistes à bac + 10 ou plus qui doivent publier et là je vous trouve un peu dur ;-) pour ne pas leur accorder une équivalence PhD car ils font de la recherche clinique voire fondamentale.

        La crise du Coronavirus a d’ailleurs fait éclater au grand jour cette « fracture » entre les docteurs en médecine (cf soins compassionnels) MAIS également chercheurs en medecine (ex: Dr Raoult) et les docteurs-chercheurs en biologie, virologie etc

        cordialement

        Réponse
        • Merci pour votre message très fouillé et clair Jean Noel !
          Donc d’après ce que vous dites, les pharmaciens, les dentistes et les médecins généralistes auraient un niveau master (bac+ 5 voire bac+6 avec un mini-doctorat).

          Les médecins spécialistes quant à eux auraient plutôt une équivalence doctorat (PhD) car ils font vraiment de la recherche clinique voire fondamentale.

          Je ne sais pas dans quelle mesure ces « recherches cliniques » s’apparent à de la recherche type PhD ou bien s’il s’agit plutôt de recherche type Master 2 ou DEA. Vous avez des liens sur ce sujet ?

          Merci à vous pour vos précisions !

          Réponse
  37. Bonsoir Jérémie,

    J’ai bientôt 72ans et mon amygdalectomie réalisée par le médecin traitant à l’age de 2 ans et demi je me souviens avoir hurlé et donné des coups de pied, et à,10 ans apendicectomie, bref les médecins je les tiens à distance, je n’ai plus aucune confiance en eux, heureusement qu’ils y a des personnes comme toi, tu as été bien courageux et je te félicite pour ton doctorat, bien à toi, Colette

    Réponse
  38. Bonjour Jérémie, merci pour ton article. Après un parcours proche du tien (ENS bio, thèse, post doc puis enseignement recherche) je me suis posé par mal de questions et, 5 ans plus tard, orienté en médecine.

    Je suis fondamentalement d’accord avec toi, et je voulais redire ou préciser 2/3 choses.

    Certes le niveau d’obligation d’une thèse de médecine n’a rien à voir avec un PhD, mais dans les faits beaucoup de jeunes médecins/pharmaciens s’en approchent et soutiennent des projets de recherche clinique avec 1 ou 2 publications en premier auteur. A noter que ce sont systématiquement des thèses sans financement ni temps dédié. Sans comparer un MD et un PhD qui sont simplement 2 formations différentes, l’équivalence officielle INSEE Bac +5 des MD me parait quand même abusive pour ceux qui sont sensibles à leur « titre ».

    Quant à l’ouverture d’esprit de la médecine (hors sujet ici c’est vrai), c’est sûr qu’il y a du chemin à faire. Mais c’est très personne-dépendant. Par exemple nous avons des cours d’acupuncture et d’hypnose. A titre personnel je suis magnétiseur. En stage en réanimation chez les brûlés j’en ai parlé et ai été mis à contribution en tant que coupeur de feu avec beaucoup de considération par l’équipe.

    Notre médecine est un reflet social en ce sens qu’elle propose une prise en charge remboursée dans un cadre uniformisé et soit disant « scientifique ». C’est un choix social, public, discutable, influencé, mais un choix (que je ne partage pas mais que je conçois) : on rembourse ce qu’on croit maitriser et non les démarches individuelles.

    Malheureusement le terrain de la personne est peu pris en compte. On agit sur le germe, la maladie, sans donner une vraie chance au patient de se réguler lui-même dans son environnement. Des publications récentes montrent même que les antibiotiques les plus puissants attaquent directement le système immunitaire de l’hôte et donc le rendent dépendant aux traitements.

    Je trouve dommage que l’homéopathie ne soit plus remboursée car c’était une porte entrouverte à une autre façon officielle de voir le corps : la mise au premier plan du terrain individuel et des symptômes.
    Mais : quand on voit le travail d’un grand labo qui sèche ses granules au micro-ondes, les chauffe (comme la loi l’oblige) à + de 70°C alors que la mémoire de l’eau est censée être détruite à ces températures, que dire ? Faire soi-même ses granules est une vraie démarche.

    J’espère que dans un futur proche les médecines de terrains comme la naturopathie, l’oligothérapie, l’homéopathie de qualité, etc. seront plus accessibles socialement.

    Je suis en médecine pour ça : connaître les gens, le milieu dans lequel ils évoluent, savoir les orienter et leur enseigner ce que je crois utile pour eux. Et nous sommes nombreux dans ce cas… Docere ?

    Réponse
    • Bonjour « Nug » !

      Je vais répondre point par point à ton message :

      Bonjour Jérémie, merci pour ton article. Après un parcours proche du tien (ENS bio, thèse, post doc puis enseignement recherche) je me suis posé par mal de questions et, 5 ans plus tard, orienté en médecine.

      >> Ok, super de voir un normalien-docteur tomber sur mon blog :)

      Je suis fondamentalement d’accord avec toi, et je voulais redire ou préciser 2/3 choses.

      Certes le niveau d’obligation d’une thèse de médecine n’a rien à voir avec un PhD, mais dans les faits beaucoup de jeunes médecins/pharmaciens s’en approchent et soutiennent des projets de recherche clinique avec 1 ou 2 publications en premier auteur. A noter que ce sont systématiquement des thèses sans financement ni temps dédié. Sans comparer un MD et un PhD qui sont simplement 2 formations différentes, l’équivalence officielle INSEE Bac +5 des MD me parait quand même abusive pour ceux qui sont sensibles à leur « titre ».

      >> Ok, il est possible que certains médecins ou pharmaciens fassent effectivement un travail de recherche qui soit original et apporte des connaissances, mais ce que j’ai pu voir ressemblait souvent à un mémoire de master, pas plus.

      Quant à l’ouverture d’esprit de la médecine (hors sujet ici c’est vrai), c’est sûr qu’il y a du chemin à faire. Mais c’est très personne-dépendant. Par exemple nous avons des cours d’acupuncture et d’hypnose. A titre personnel je suis magnétiseur. En stage en réanimation chez les brûlés j’en ai parlé et ai été mis à contribution en tant que coupeur de feu avec beaucoup de considération par l’équipe.

      >> Ce que tu évoques, c’est à l’hôpital ? Je sais que certaines équipes sont ouvertes, oui ! Comme il n’y a pas grand chose pour les grands brûlés, il est possible qu’ils soient plus ouverts qu’ailleurs.

      Notre médecine est un reflet social en ce sens qu’elle propose une prise en charge remboursée dans un cadre uniformisé et soit disant « scientifique ». C’est un choix social, public, discutable, influencé, mais un choix (que je ne partage pas mais que je conçois) : on rembourse ce qu’on croit maitriser et non les démarches individuelles.

      >> La sécu est pour moi devenu un organisme de subvention des lobbies pharmaceutiques. Il ne s’agit pas d’un choix démocratique des citoyens sur quoi rembourser et comment. On force les gens à se faire soigner de façon conventionnelle par des médicaments et on se désintéresse de la prévention. On a créé un système qui rembourse la médecine qui traite les symptômes et ne s’attaque pas aux causes. C’est terrible !

      Malheureusement le terrain de la personne est peu pris en compte. On agit sur le germe, la maladie, sans donner une vraie chance au patient de se réguler lui-même dans son environnement. Des publications récentes montrent même que les antibiotiques les plus puissants attaquent directement le système immunitaire de l’hôte et donc le rendent dépendant aux traitements.

      >> Absolument !

      Je trouve dommage que l’homéopathie ne soit plus remboursée car c’était une porte entrouverte à une autre façon officielle de voir le corps : la mise au premier plan du terrain individuel et des symptômes.

      >> Etonnant que cette décision ait été prise le lendemain d’un rdv avec Sanofi à l’Elysée, non ?

      Mais : quand on voit le travail d’un grand labo qui sèche ses granules au micro-ondes, les chauffe (comme la loi l’oblige) à + de 70°C alors que la mémoire de l’eau est censée être détruite à ces températures, que dire ? Faire soi-même ses granules est une vraie démarche.

      >> Je ne suis pas compétent pour répondre à cela.

      J’espère que dans un futur proche les médecines de terrains comme la naturopathie, l’oligothérapie, l’homéopathie de qualité, etc. seront plus accessibles socialement.

      >> Idem !

      Je suis en médecine pour ça : connaître les gens, le milieu dans lequel ils évoluent, savoir les orienter et leur enseigner ce que je crois utile pour eux. Et nous sommes nombreux dans ce cas… Docere ?

      >> Ce n’est pas l’observation que je fais. Je ne sais pas où tu travailles et dans quel contexte mais je suis très curieux de savoir où on voit ces médecins ouverts. La très grande majorité des médecins que je vois sont purement et simplement des pions de l’industrie pharmaceutique qui s’ignorent !

      A te lire !

      Réponse
  39. Merci Doc

    J’ai le même problème puisque j’ai effectué un cycle 3 de doctorat en psychologie et psychanalyse (13 années d’études en tout) qui ne me donne pas le titre de docteur (de plus je n’ai pas rendu ma thèse pour raison personnelles).

    Je reconnais qu’en France c’est du n’importe quoi pour les diplômés. Ils ne sont pas reconnus, ce n’est étonnant qu’ils partent de France.

    Salut Doc jm

    Réponse
    • Pas facile d’aller au bout d’un doctorat, je te l’accorde !
      Mais quand on arrive au bout, la loi nous permet tout à fait d’utiliser ce titre. C’est juste les usages qui sont à côté de la plaque :)
      Merci et à bientôt !

      Réponse
  40. Merci pour ton esprit et ce partage. En effet il est temps de comprendre de quoi on parle et de sortir des idées préconçues . Et tout notre conditionnement est à remettre en cause. Je crois que c’est coluche qui disait:  » ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison »
    Moi je te suis, simplement parce que ce que tu enseignes me parle, fait echo à moi . J’ai choisi de faire confiance dans ce que tu partages pour l’expérimenter et me faire ainsi mes propres idées par l’expérience .
    Je pense que beaucoup de personnes confondent informations, savoir et connaissances.
    Merci d’être et de donner.
    Sur ce qui est de la médecine actuelle et occidentale je te suis à 100%. Ça fait bien longtemps que voir mon médecin n’est plus une consultation mais un véritable débat et ça m’amuse . Il ne me fait même plus d’ordonnance ! Je reste quand même agacée par ses médecins pour le manque d »ouverture et d’envie à continuer d’apprendre , d’être curieux et passionné par le recherche

    Réponse
    • Merci beaucoup ! La fac de médecine conditionne tellement fortement les futurs médecins que ça leur demande un boulot de dingue de se déconditionner… et ceux qui y parviennent, je les félicite !

      Réponse
  41. Je me suis régalée avec cet article. Cela m’a rappelé une consultation avec un chirurgien qui m’a accueillie par mes prénom et nom et que j’ai salué de la même façon ! ( dans la salle d’attente, les clients me l’avaient décrit simple et sympa !)
    Toute la consultation en a été perturbée, tant cette familiarité l’avait bousculé. Ce fut comme un sketch vraiment.

    Réponse
    • Ha ! Etonnant cette façon de créer une dissymétrie, basée en plus sur une fausse utilisation du titre !
      Bon, s’il est sympa et efficace, c’est pas grave ;)

      Réponse
  42. Bonjour Docteur Jérémy Mercier,

    Vous une brave personne qui essaye d’aider les personnes en difficulté dans divers domaines.
    C’est très agréable d’apprendre par vos services, les choses à faire pour garder une meilleure santé!
    Puissiez-vous garder votre bonne étoile au-dessus de vous, afin de nous éclairer encore davantage. Merci pour être vous! Amicalement: Anne

    Réponse
  43. Bonjour Docteur Jérémie, ceci est très intéressant, merci pour l’info je ne le savais pas. Je ne les appellerais plus Docteur, surtout qu’ils nous empoissonnent avec leurs médocs et leurs vaccins. Si vous avez de la tension…..hop un médoc….et aucun conseil concernant l’hygiène de vie ! A part les antibiotiques et les anti-douleurs il n’y a pas grand chose de bon dans leur chimie. Ce sont avant tout des chefs de gare pour nous envoyer chez les différents spécialistes.

    Réponse
    • Merci ! C’est malheureux, mais c’est effectivement comme ça chez la majorité des médecins…
      Pas de connaissances ni de recherche des causes des pbs de santé, donc des solutions pas terribles !

      Réponse
  44. Bonjour Dr. Mercier,
    Je peux partager mon expérience de l’Allemagne où les gens réclament d’avoir leur diplôme (souvent gagné après beaucoup d’effort) inscrit sur leurs plaques, cartes de visite dans n’importe quelle branche. On voit des Dr., Prof. ou Dipl. Ing. absolument partout (informatique, bâtiment, etc. ). Dans la plupart des formulaires pour les banques et autres on peut sélectionner ses titres afin notamment qu’ils apparaissent dans les courriers envoyés.
    Tout cela pour dire que le titre de docteur en Allemagne n’est absolument pas réservé à la branche médicale. C’est sans doute une culture ou un lobby réservé à la France, peut-être une manière de faire passer pour moins fiables toutes les professions de médecine alternative.

    Les titres honorifiques dans le milieu juridique (maître, etc.) m’agaçent de la même façon.

    Réponse
    • Merci pour cette confirmation Samuel !
      Je savais que beaucoup de membres des gouvernements allemands avaient un doctorat et utilisaient leur titre de docteur et qu’il n’y avait aucune confusion avec le titre de médecin.
      Je crois même me souvenir d’une histoire avec un ministre allemand, docteur, dont la thèse était en fait largement un plagiat, et ça lui a valu une démission !
      Sinon, est-ce que les gens en Allemagne appellent leur médecin « docteur » ou bien c’est simplement un « Artz » ?

      Réponse
  45. Merci pour cet édifiant article,
    Je l’ignorais, et suis bien heureuse de cet éclairage.
    Cela rend toutes ses « lettres de noblesses » à la recherche,
    quelle qu’elle soit, à mon sens, pas assez révélée…

    Réponse
    • Heureux de t’avoir fait découvrir ce point, pour moi essentiel.
      Cependant, je ne suis pas automatiquement admiratif du travail des chercheurs.
      Pour être passé par là, j’ai vu bcp de chercheurs de mon labo à Londres, financés par des entreprises privées, et qui du coup devenaient des consultants. En effet, ils finissaient par délivrer avec une certaine malhonnêteté intellectuelle les résultats attendus par le commanditaire, avec zéro objectivité. En fait, ils ne faisaient pas vraiment de la recherche malgré leurs titres et leurs statuts !
      Les conflits d’intérêts et les financements privés sont une vraie plaie pour le travail de recherche indépendant et objectif. C’est le drame de la recherche aujourd’hui…

      Réponse
  46. MON CHERI

    qu’en termes clairs ces choses là sont dites, même si on ne les ignore pas, c’et toujours un éternel enchantement de t’écouter, car il est de plus en plus rare de nos jours d’entendre des hommes qui ont des choses à dire, et qui savent les transmettre, et tu as ce don merveilleux
    Je te le dis, redis, et je ne le répéterai jamais assez, il faut nous donner la possibilité de transmettre toutes tes paroles au plus grand nombre, et moi je serai toujours là pour t’aider et te recevoir si tu veux transmettre également en Croatie
    En ce qui me concerne en médecine ou en chirurgie je choisis que les meilleurs, bien qu’ils soient rares, j’ai la chance qu’ils soient mes amis, donc je les appelle par leur prénom et nous nous tutoyons! tu es sur la bonne voie, continues sans crainte : tu es SUPER,je préciserai même « EXCEPTIONNEL » bisous yolande

    Réponse
    • Yolande, merci pour ton message.
      J’ai déjà ma femme pour me faire appeler « mon chéri » :)
      Sinon, je diffuse mon message à déjà pas mal de monde (60 000 personnes ont reçu celui-ci), mais je suis toujours ravi qu’on puisse diffuser encore plus.
      Pour cela, il te suffit de copier l’url (l’adresse) du lien de l’article et le transmettre par mail, ou bien dans des groupes Facebook ou autre.
      Dans le cas de cet article, il te suffit donc de partager ce lien : https://www.jeremie-mercier.com/ca-fait-8-ans-que-je-suis-docteur/
      Merci à toi et à peut-être un jour en Croatie !

      Réponse
  47. Appeler un chat, « un chat »… permet de mieux communiquer ! Bel article.
    Avec mon bon souvenir.

    Réponse
    • Merci Colette et ravi de te voir ici. J’espère que tu vas bien :)

      Réponse
  48. Excellente mise au point
    Je suis moi aussi une grande adepte du mot juste !
    Merci docteur Jérémie!!!

    Réponse
    • Haha ! Merci. Les mots mal utilisés sont une menace pour notre santé mentale et notre intelligence !

      Réponse
  49. Dr. Es sciences, Dr. Es Mathématiques, etc etc, Ce titre honorifique est bien particulier, et s’adresse à des gens qui ont fait de hautes études avec thèses dans leur matière!….Pour ma part, mon médecin, pharmacien, et autres, je les appelle par leur nom!….Merci Jérémie pour ces informations éclairantes. Il est vrai que nous vivons dans un monde où tout le monde mélange tout, comme dans une bonne salade Niçoise, et c’est bien de remettre les choses et les mots à leurs places.

    Réponse
    • Voilà , remettons les choses à leur place. Rien qu’en utilisant convenablement les mots, les choses deviennent beaucoup plus claires !

      Réponse
  50. Bravo Jérémie, l’avenir est aux éducateurs de la santé et non pas de la maladie! Tout comme en Chine, on devrait aller voir son médecin pour qu’il vous maintienne en bonne santé ! La prévention deviendra une obligation car notre corps ne peut pas s’adapter à tous les toxiques qu’on lui impose! Il n’a pas eu le temps de muter… ou alors il mute à travers un cancer qui va souvent l’emporter… la vraie Medecine est un art qui demande du temps, de l’expérience, de l’intuit Et de la Sagesse. Je t’inviterai Prochainement a mon École des Sages pour nous partager ton expérience sur les zones bleues! Bravo pour tes belles actions!

    Réponse
    • Merci beaucoup Marion ! À bientôt à l’École des Sages alors :)

      Réponse
  51. merci pour cette mise au point.
    continuez!
    la vérité fait le bien!

    Réponse
  52. comparé à tous les pertinents commentaires de hautes personnalités ici, je ne suis pour ma part qu’un simple illustrateur mais qui tenait à vous dire « thank you Doc!! » depuis quelques années ma vision de tous les médecins et pharmaciens était sujet à équivoque.
    ils sont devenus à mes yeux des ouvriers de la maladie en l’entretenant au lieu d’apporter du soin, entretenir un « client » diabétique pendant 17 ans alors qu’un diabète se guérit très simplement en moins de 6 mois c’est clairement du profit financier! alors merci pour mettre cette situation au clair

    Réponse
    • Exactement !
      Pourquoi guérir le diabète de type 2 par l’alimentation en quelques mois alors que c’est beaucoup plus rentable pour le système médical de maintenir à vie la personne dans son diabète ? Médicaments, opérations, tous les personnels de santé y trouvent leur compte… sans même savoir qu’il est possible de faire autrement et tout en se félicitant de suivre des protocoles dictés par l’industrie pharmaceutique. Délire total, mais qui concerne des centaines de milliers de personnes aujourd’hui !

      Réponse
      • Bonjour Jérémy, je lis attentivement vos e-mails très intéressant et je voudrais savoir si par hasard vous pourriez me donner des conseils pour améliorer l autonomie de ma fille qui est autiste.Merci et bonne continuation à vous

        Réponse
  53. Bonjour,
    lorsque je vais chez le médecin, c’est: « Madame ou Monsieur », le problème est résolu!

    Réponse
  54. Bonjour
    Une fois n’est pas coutume, je prends le temps de réagir sur ce type de support… Et je précise d’emblée que je suis médecin ; )
    Qu’il y ait confusion entre les titres universitaires est une réalité à rappeler. Malheureusement, l’article est entaché d’imprécisions… Dire que les médecins ont un niveau de master en médecine ne veut pas dire grand chose : d’une part parce que ce diplôme n’existe pas, d’autre part parce qu’il faut entre 8 et 10 ans (certains vont au-delà, par exemple via un clinicat) à un médecin pour se former, alors qu’un master correspond à bac +5. Par ailleurs, une thèse de médecine (non pas « purement bibliographique » !) ne se fait pas en quelques mois (sauf les mauvaises !) mais plutôt en 1 an – 1 an 1/2. Ce qui n’est bien sûr pas comparable aux 3-4 ans des autres thèses universitaires. Mais les étudiants doivent – en plus de leur thèse d’exercice – fournir un mémoire de DES, qui est un travail de recherche.
    Bref… il y aurait peut être d’autres précisions à apporter, mais je ne souhaite pas faire trop long… Bien cordialement. Signé : un « méchant médecin allopathe vendu aux laboratoires pharmaceutiques » travaillant à l’hôpital de façon très classique, et malgré tout formé à la médecine énergétique ! Il y a déjà assez de divisions dans le monde, travaillons plutôt à rapprocher… Vincent

    Réponse
    • Vincent, merci pour ton message ! Tu fais partie des très rares médecins qui se posent des questions et qui osent sortir des sentiers battus, c’est tout à ton honneur.
      Je ne sais pas comment tu travailles et je ne sais pas ce que tu appelles « médecine énergétique », mais ce que j’ai vu chez la très grande majorité des médecins est une approche quasi purement symptomatique, une méconnaissance totale du lien entre alimentation et santé, une approche dénuée de science et basée sur les croyances propagées par les labos, et des automatismes qui sont en faveur d’approches médicamenteuses délétères et à côté de la plaque.
      Heureusement, il y a des exceptions, et il semble que tu en fasses partie. Continue dans ce que tu fais et j’espère que tu parviendras à rapprocher ton monde et celui de la santé… plus naturelle !
      Quant à la durée de formation des médecins, elle est effectivement très longue, mais c’est surtout parce que c’est une formation profesionnalisante. Je ne sais pas pour le DES, mais la thèse de médecine ressemble plus à un mémoire de master. Quand le processus de Bologne sera finalisé, je pense qu’on parlera alors de master en médecine et qu’on abandonnera l’appellation « doctorat » si on veut être logique.
      Ça répond à tes remarques ? Bonne continuation à toi !

      Réponse
  55. bravo Jérémie je te suis depuis peu et suis émerveillée par tes conseils C est vraie que les medecins soigne la maladie mais pas la sante ils ne cherchent pas la cause personnellement je serai toujours pour toi tes bons conseils que je suis dans tout ce que tu dis tu as raison courage Andree de Marseille

    Réponse
  56. Grand merci pour la clarté de tes explications, j’ai beaucoup appris en fait, très utile en tout cas en ce qui me concerne cette mise au point. Par contre, je me permets une remarque à propos d’un conseil que tu donnes en répondant à un commentaire: je suis étonnée que tu recommandes Amazone, ce « géant bouffe tout « , excuse l’expression, ce n’est pas raccord avec ce que tu degages… Juste cette petite remarque donc! Bien amicalement

    Réponse
    • À quel commentaire fais-tu référence ?
      Pour Amazon, je reconnais que c’est pas une entreprise modèle pour moi, mais elle simplifie grandement la vie et on trouve dessus des produits qu’on trouve difficilement (voire pas du tout) ailleurs. Donc tant que j’ai pas de meilleure alternative, je dirai qu’Amazon simplifie la vie ;)
      Je précise aussi que j’ai eu en cabinet il y a quelques années une cliente qui bossait chez Amazon et qui était plutôt positive sur ses conditions de travail et son équipe à l’époque.
      Il y a tellement de grandes entreprises pourries que c’est compliqué de trouver celles qui sont à recommander ! Qu’en penses-tu ?

      Réponse
  57. Bonjour je ne le savais pas j apprend !!!! Dorenavent les medecins je leur dirais Monsieur ou Madame c est plus juste

    Réponse
    • Tout simplement ! Il n’y a aucune honte pour un médecin de ne pas être docteur.
      Par contre, c’est plus problématique quand un médecin a pour seule compétence celle de mettre en face d’un symptôme un traitement médicamenteux sans chercher la cause.
      Et malheureusement, c’est ce qu’ils font la plupart du temps aujourd’hui. Il faut que ça change !

      Réponse
  58. Bonjour Jeremie
    Et merci pour ces explications je sais maintenant ce qu’est un docteur universitaire obtenu « après 3 ou 4 ans d’un travail de recherche » je suppose après le grade Master . Peux-tu me confirmer que c’est bien cela que l’on appelle une thèse.
    En revanche si je peux me permettre je trouve que cela prête aussi à confusion dans ton travail de mettre en avant ce terme car tu es certes docteur mais grâce à une étude sur les biocarburants et si plus généralement sur lenvitonnementet, mais pas sur la santé.
    Même si j’apprécie et je reconnais le travail que tu fais sur la nutrition et le reste, pour moi ton titre de docteur m’indique que tu as une tête bien faite et un très bon niveau et donc que tu peux lire et synthétiser un grand nombre d’informations pour construire ton projet. Et cela m’incite à la confiance. Mais je ne vous pas plus de légitimité à ce titre dans ton activité.
    Merci à toi

    Réponse
    • Oui Isabelle, un doctorat universitaire est obtenu après 3 ou 4 ans de recherche après un master. On soutient une thèse de doctorat pour avoir un le diplôme de « docteur ».
      Je ne mets pas mon titre de docteur en avant (sauf dans cet article) car je sais qu’en France, la confusion a été installée dans la tête des gens, pour qui « docteur » = « médecin », alors que la très grande majorité du temps, les médecins ne sont pas docteurs ;)
      Mon doctorat n’était pas du tout sur la santé, mais ce sont les prises de conscience pendant mon doctorat qui m’ont amené à revoir complètement mon alimentation et à tout désapprendre, pour repartir sur de bonnes bases, et ensuite me former sur la santé, auprès des meilleurs à mes yeux.
      Mon doctorat en recherche environnementale effectivement ne me donne aucune légitimité par rapport à mon activé sur la santé, on est d’accord.
      Mais malheureusement, une formation de médecine ne donne pas non plus de légitimité pour une activité de santé. Juste pour une activité de gestion médicamenteuse de la maladie.
      Le système médical conventionnel a cassé la formation à l’éducation à la santé. C’est pour cela qu’il a fallu que je me forme ailleurs. Et c’est un autre sujet.
      J’espère que ça répond à ta question !

      Réponse
  59. Bonjour Docteur.
    Merci pour cet article qui m’apprend énormément.

    Réponse
  60. Bon article Jeremie . Je ne savais pas que ceux qui avaient un doctorat en GB par example ne pouvaient pas se servir de ce titre en France!! Typique de ce pays où tout est basé sur les diplômes et apparences et moins sur la vraie expérience.! Je crois que c’est en Inde que l’on dit qu’un bon médecin est celui qui n’a jamais de patients malades.. Bonne chance avec ton parcours tu fais des trucs intéressants. J’ai bien aimé découvrir les zones bleues avec tes articles.. Amitiés à toi et Flora

    Réponse
    • Meci Marianne !
      C’est pas une histoire de doctorat fait au Royaume-Uni. C’est juste qu’en France, ne se font appeler « docteurs » que les médecins. Les « vrais » docteurs (qui ont eu un doctorat en France ou ailleurs) se sont fait piquer le titre dans le langage courant par les médecins. C’est juste absurde !

      Réponse
      • Merci pour cet article. Le titre de docteur chez les médecins est encore plus frustrant pour les autres soignants. Je suis kinésithérapeute, cela crée directement un hiérarchie pour le patient. Quand tu racontes ça au médecin, on te dit il y a les stages… en 4ieme année ils sont full time l’hôpital, faut arrêter… après on vient te parler de 11 ans d’études.

        Réponse
        • Eh oui, je sais bien. C’est pour cela qu’ils tiennent souvent tant à ce titre usurpé (sans même savoir qu’il est usurpé par ailleurs…). Ce besoin de supériorité est important car il leur permet de délivrer leurs médicaments inutiles et dangereux (la plupart du temps) avec beaucoup d’aplomb. Le système tient en place en partie grâce à cela. Bon courage et bonne continuation. On a besoin de monde pour l’éducation à la santé !

          Réponse
  61. Bonjour et merci pour cet éclaircissement. C’est drôle car je n’arrivais jamais à dire Docteur quand je vais chez le médecin, je dis toujours, bonjour Monsieur ou Madame. Maintenant je le ferais avec plus de conscience.
    J’ai travaillé à la Sécu pendant toute ma carrière et cela n’était pas toujours facile pour moi car je n’ai jamais aimé les médicaments et les vaccins et surtout la prévention. Je n’ai jamais fait les rappels de mes vaccins depuis que j’ai quitté mes parents, avant même qu’on ne parle des conséquences.
    Aujourd’hui je suis à la retraite et libre de me soigner comme je le veux.
    Belle continuation.

    Réponse
    • Merci Bianca !
      La Sécu est au fil des années devenue l’organisme de distribution de subventions à l’industrie pharmaceutique, combattant toute forme de prévention, pour ne faire que du curatif, beaucoup plus lucratif pour ses alliés pharma. Ça doit être libérateur de ne plus y bosser ;)
      Et bravo pour ta démarche santé !

      Réponse
  62. Bonjour Docteur, je suis devenu médecin spécialiste en médecine physique rééducation à 26 ans, je me suis rendu compte très tôt que notre formation universitaire ne servait qu’à fournir des chefs de service pour les hôpitaux, c’est à dire quand il est trop tard pour éviter les maladies. Je me suis donc rapidement formé à d’autres façons de penser la santé : acupuncture, diététique, homéopathie, thérapeutiques manuelles, et j’ai continué mes « recherches » dès mon entrée dans la vie professionnelle. J’ai pu améliorer les résultats thérapeutiques sur les gens qui m’ont fait confiance à mesure que les années passaient. Je pouvais déterminer qu’une dent était malade alors que les patients ne sentaient rien d’anormal, et lorsque je précisais sur l’ordonnance de la radiographie dentaire quelle était la dent suspecte mais indolore, personne ne m’a jamais demandé comment j’avais pu identifier cette pathologie « invisible », ni le radiologue, ni le médecin traitant du patient, ni les patients…J’ai écrit un livre pour expliquer mes déductions, mais je ne trouve personne pour l’éditer, alors que cette démarche diagnostique et thérapeutique permet de traiter facilement les douleurs chroniques, les séquelles de chirurgie et les scolioses sans cause évidentes (radiographies à l’appui). Bref, je suis dépité de constater que les innovations efficaces n’intéressent pas grand monde dans le domaine de l’appareil locomoteur alors que l’impact médical pourrait être colossal…

    Réponse
    • Merci beaucoup pour ton message !
      Le système médical dominant ne cherche pas à guérir, mais à soigner. C’est-à-dire à transformer les patients en malades à vie, qui auront besoin de médicaments le plus longtemps possible.
      Si tu tu guéris les gens, ça n’intéresse pas ce système médical, tout simplement !
      Enfin, si tu ne trouves pas d’éditeur, il faut soit aller vers des éditeurs plus alternatifs (qui sont dans le « bien-être »), soit faire de l’auto-édition et vendre sur Amazon par exemple. J’espère que ton message te donnera un peu de visibilité. Tu as un site internet sur lequel tu expliques ton approche ?

      Réponse
  63. Et bien merci Doc Jérémie ! J’étais infirmière et j’ai toujours appelé les médecins soit par lieurs prénoms soit Madame ou Monsieur.
    Fi d’un titre qui de toutes façons ne les aidaient pas à être plus humble !
    Je suis ravie de ton explication, je savais qu’il y avait des doctorats en d’autres spécialités que médecine, mais je ne savais par contre pas que celui de médecine n’en était pas un !
    Dans ce pays j’ai parfois l’impression qu’on marche sur la tête!!!!

    Réponse
    • Haha ! Ma mère était infirmière en hôpital en centre anticancer puis au CHU. Comme toi, elle ne s’écrasait pas devant les médecins, et du coup, c’était une des rares infirmières qu’ils respectaient ! Hallucinant ce mode de fonctionnement avec des castes !
      En tout cas, j’aime bien mettre les pieds dans le plat comme tu vois. Continuons à revenir à plus de simplicité, et surtout de vérité. Et qu’on arrête avec les coutumes moisies basées sur de fausses croyances. Ca suffit les titres qui ne veulent rien dire !

      Réponse
  64. Merci Jérémie et Bravo pour ce dernier article. Pour ma part, je lui dis Monsieur et je ne suis pas loin de l’appeler par son prénom !!! Depuis plus de 3 ans, je te « suis » Nettoyage du foie, gestion des émotions, gestion de sa propre santé…. Bref, tous tes articles me parlent…. Un très grand MERCI. Bonne journée

    Réponse
    • Merci beaucoup pour ta fidélité Anny ! :)
      Excellent week-end à toi !

      Réponse
      • Bonjour Dr Mercier ,vous avez completement raison.
        Un medecin ,un pharmacien,un dentiste ou un veterinaire n’est pas un docteur mais pour que la population arrete d »appeller
        Cette categorie docteur il faut une education sur Tele,
        U Tube,Instagram ect…..
        Ce pas facile mais vs vs avez
        Completement raison.
        Moi je connais car je suis du domaine medical.
        Biomedical science.
        Merci

        Réponse
  65. Mon cher Jérémie. Tu as toute ma gratitude pour le travail de déconstruction de toutes ses appellations non contrôlées qui envahissent les plates formes de Com gérées par la technocratie médico-industrielle. Pour ma part j’ai entrepris une longue et incessante quête de sens sur les facteurs de la santé et mon exercice de praticien médical en a été profondément affecté. Je demeure convaincu que des professionnels de « santé alternative » comme toi sont l’antidote consubstantiel à l’aliénation engendrée par le système médico industriel. Salut l’artiste

    Réponse
    • Merci Youssouf, je suis très touché par ton message !
      Toi, tu arrives à faire le boulot en étant « dans le système », c’est peut-être encore plus dur, donc un grand coup de chapeau à toi aussi ! J’espère que de plus en plus de médecins arriveront à devenir de vrais praticiens de santé, et plus seulement des gestionnaires de maladie, dealers légaux au service de l’industrie pharmaceutique. On a du pain (sans gluten) sur la planche ! :)

      Réponse
  66. merci jérémier

    c’est bien un erreur de l’instruction publique (comprend populaire )

    Réponse
    • Je ne suis pas sûr de comprendre… c’est quoi qui est bien une erreur de l’instruction publique ?

      Réponse
  67. Bonjour,
    Merci pour ces éclaircissements. Mais après tout pourquoi les appeler Docteur, ce sont avant tout une femme ou un homme ! Pour ma part, je dis Madame, ou Messieur.
    De plus mon choix s’est porté sur les personnes qui s’occupent de la santé et non celles qui s’occupent des maladies traitées par des produits chimiques (poisons).
    Et quelle chance car nous sommes de plus en plus nombreux.
    Excellente continuation Docteur !
    Bien à vous.
    Ann

    Réponse
    • Haha, merci Ann ! Bravo pour le chemin que tu as choisi et soyons de plus en plus nombreux sur ce chemin !

      Réponse
      • Ben moi je n’ai que deux licences et pas de doctorat, le ne suis pas professeur mais chercheur CNRS, pourtant dans les pays anglo-saxons on m’appelle Doctor et dans les pays latins Professor ou Professore
        Mais j’ai 34 doctorats honoris causa d’universités

        Réponse
        • Très intéressant et ça montre de façon flagrante que l’utilisation des titres est un sujet complexe, avec plein d’habitudes et de coutumes encore très prégantes. Doctorat honoris causa, c’est assez particulier et honorifique. Donc j’imagine que compte tenu de ce fait, vous appeler « docteur » est tout à fait justifié.
          J’ajoute que le niveau d’étude n’a pas de rapport direct avec le niveau de connaissance ou d’esprit critique. Parfois même le contraire (comme j’ai pu le voir lors de mes longues études !) :)
          En tout cas, « docteur » ou pas, bravo pour cet incroyable parcours, et si vous êtes le vrai Edgar Morin, je suis très touché et ravi de vous avoir parmi mes « followers ». À très bientôt !

          Réponse
        • Et Oui! La pouvoir du savoir , le savoir du pouvoir… Bien le merci monsieur Jérémie et bien le bonsoir Monsieur Edgar Morin !

          Réponse
    • Idem pour moi

      Réponse
  68. bravo jérémie tu mets les point sur les i vive le docteur jérémie ! amicalement tal

    Réponse
    • Haha ! Merci Tal. Tu es vraiment un être incroyable :) Merci pour ton petit mot !

      Réponse
      • Bonsoir Dr Mercier ( a priori cela semble important pour vous)
        Médecin spécialiste après 11ans + 2 ans de sur spécialité, je ne revendique en rien le titre de docteur en sciences… mais j’ai effectivement passé une thèse publiée dans une revue if 10 après 2 années de travail et je me suis tapé un mémoire de spécialité pendant un internat où nous sommes au lit du malade entre 10 et 12h par jour.
        Concernant le spécialiste des maladies, il en faut…. À priori ce ne sont pas les médecins qui vendent le tabac, produisent les dérivés du benzène et les pyrethrinoides… ils ne sont pas non plus responsables de l’existence de bacille de Koch ni des fractures liées aux chutes de trottinettes mais on est content de les trouver à deux heures du matin quand on est en train de mourir d’un choc hémorragique ou d’un choc septique.
        Je ne revendique pas l’apanâge de la « santé » pour ma profession mais un minimum du respect qui va bien au delà d’un titre.

        Réponse
        • Bonsoir François,

          Je vais répondre point par point à votre commentaire pour éviter tout malentendu (car je pense en lisant votre commentaire qu’il y a malentendu) :

          « Bonsoir Dr Mercier ( a priori cela semble important pour vous) »
          >> Vous avez dû manquer quelque chose de l’esprit de mon article ou peut-être ne l’avez-vous pas lu jusqu’au bout ? Voici une phrase importante, juste à la fin de mon article et qui répond directement à cette première remarque de votre commentaire : « Moi, tu peux m’appeler docteur si ça t’amuse, mais je m’en fiche et ce n’est pas le but de l’article ! »

          Médecin spécialiste après 11ans + 2 ans de sur spécialité, je ne revendique en rien le titre de docteur en sciences…
          >> C’est normal car votre formation et votre spécialité n’ont rien à voir avec un doctorat es sciences. D’ailleurs, qui se revendique « docteur es sciences » à part les docteur es sciences (moi-même je ne prétends pas porter ce titre) ?

          mais j’ai effectivement passé une thèse publiée dans une revue if 10 après 2 années de travail et je me suis tapé un mémoire de spécialité pendant un internat où nous sommes au lit du malade entre 10 et 12h par jour.
          >> Bravo pour cette publication et pour tout ce travail. En outre, effectivement un internat n’est pas de tout repos !

          Concernant le spécialiste des maladies, il en faut….
          >> Ma critique avec le médecin qui est souvent un spécialiste de la maladie, c’est que trop souvent, le médecin ne connait pas ou ne comprend pas la santé. Il va donc traiter la maladie, sans souvent traiter le symptôme. C’est la tragédie de notre pensée médicale dominante actuellement… Heureusement, il y a des exceptions – et j’espère que vous en faites partie !

          À priori ce ne sont pas les médecins qui vendent le tabac, produisent les dérivés du benzène et les pyrethrinoides… ils ne sont pas non plus responsables de l’existence de bacille de Koch ni des fractures liées aux chutes de trottinettes mais on est content de les trouver à deux heures du matin quand on est en train de mourir d’un choc hémorragique ou d’un choc septique.
          >> Vous avez absolument raison. Trop de gens foutent en l’air eux-mêmes leur santé avec le tabac. Trop de gens s’empoisonnent en utilisant des produits dangereux ou en achetant des aliments exposés à des produits toxiques. Et la médecine d’urgence est remarquable pour traiter des traumatismes ou des infections importantes. Les progrès des dernières décennies sont spectaculaires.

          Je ne revendique pas l’apanâge de la « santé » pour ma profession mais un minimum du respect qui va bien au delà d’un titre.
          >> De quel manque de respect parlez-vous ? Avez-vous lu l’article jusqu’au bout ? Vous avez aussi dû louper ce paragraphe : « J’ai d’ailleurs un immense respect pour les médecins, pharmaciens, dentistes et vétérinaires qui s’ouvrent à une approche globale, sensée, scientifique, et pragmatique de la santé et arrivent à sortir des conditionnements dans lesquels leurs études, noyautées par les lobbies pharmaceutiques les ont enfermés ! »

          Aussi, je vous suggère de relire l’article à tête reposée, en entier et peut-être en prenant en considération ma réponse afin de mieux comprendre ce qui vous avait peut-être échappé. Ma critique est à l’encontre de ces trop nombreux médecins qui n’ont pas un esprit scientifique ouvert et sont devenus des robots, incapables de remettre en question les dogmes que l’industrie pharmaceutiques leur a inculqués. Malheureusement, cela concerne énormément de personnes dans le milieu médical conventionnel aujourd’hui en France et dans la plupart des pays dits développés.

          J’espère que mes précisions répondent à vos questions.

          À bientôt !

          Réponse
          • Oui … bien vous cadrer parfaitement avec cette époque mercantile justement… où les références sont télévisuelles, doc Emmett Brown oui bien sûr … et surtout ne pas oublier doc genyco et maître Gims … et tu penses et surtout à utiliser big pharma au passage tout le monde en bouffe pourquoi pas vous !

          • Haha, j’adore cette réponse de « Docteur Who » (c’est même dans votre adresse email) qui me fait la morale (avec zéro argumentation) sur des références télévisuelles ;)
            Tout ça pour me faire une réponse passive-agressive difficilement compréhensible, avec une ironie qui ne fait rire que lui.

    • Exactement ! Appelons un chat un chat. J aurais pu dire « bonjour monsieur » à mon médecin, lors d une prochaine visite mais comme je n y vais plus depuis depuis des années Je préfère les personnes qui me gardent en santé
      Merci Tal pour vos vidéos pleines d humour
      Et merci Jérémie pour toutes les bonnes i fos

      Réponse
    • Par intuition donc ,j’ai toujours eu horreur d’appeler les médecins « Docteur » merci pour cette éclaircissement!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *