Ça fait 8 ans que je suis docteur… ça se trinque, ça !

Mais docteur, ça veut dire quoi ?

Aujourd’hui, la plupart des gens en francophonie font la confusion entre “docteur” et “médecin” (voire aussi la confusion avec pharmacien, ou vétérinaire, car ces professions se font aussi couramment appeler “docteur”).

En fait, par courtoisie et convenance sociale, on attribue aux médecins, pharmaciens et vétérinaires en France le titre « professionnel » de docteur alors même qu’ils n’ont pas atteint le grade de docteur universitaire. 

Le doctorat universitaire est obtenu après un travail de recherche d’une durée habituelle de 3 ou 4 ans qui se conclut par la soutenance d’une thèse qui n’a pas grand chose à voir avec la thèse de médecine (dite « thèse d’exercice »), qui est plutôt un mémoire, qui est le plus souvent purement bibliographique, effectué après un travail de rédaction de quelques mois.

D’ailleurs, l’INSEE fait la distinction entre les doctorats de recherches et les “doctorats de santé”, ces derniers étant classés au même rang que le niveau Master : (voir ce lien : https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1785)

Ainsi, les médecins, dans leur écrasante majorité ont donc un niveau master en médecine. Pas un niveau académique de docteur ! Les seuls médecins ayant réellement un titre de docteur sont en fait ceux qui ont décidé de poursuivre après leurs études de médecine un doctorat de recherche, rajoutant encore 3-4 ans à leurs déjà longues études.

Malgré cela en France, les habitudes font qu’on appelle docteurs les médecins, alors même qu’ils n’ont pas le grade universitaire de docteur, mais uniquement un niveau master. Le titre de docteur en médecine est en fait un titre professionnel, et non universitaire, qui crée une grosse ambiguïté, sans doute amenée à disparaître avec le processus d’harmonisation des diplômes dans le cadre de l’Union Européenne, appelé « processus de Bologne ».

Du coup, je suis docteur ou je suis pas docteur ?

En ce qui me concerne, j’ai fait mon doctorat (PhD = Philosphiae Doctor) en Angleterre, à l’Imperial College de Londres. Mon sujet était l’étude des impacts environnementaux des agrocarburants et une comparaison des politiques françaises et britanniques en matières de promotion de ces agrocarburants.

Ma discipline était “environmental research”, c’est-à-dire “recherche environnementale”. Et mon titre m’a été attribué quelques mois après ma soutenance de thèse, le 31 juillet 2011.

Tu peux d’ailleurs, si tu as le courage, jeter un coup d’oeil à ma thèse “Are agrofuels a valid tool to tackle climate change – An assessment of French and British “biofuel” policies” (uniquement en anglais) sur ce lien !

Depuis que j’ai eu ma thèse, toutes les correspondances que je reçois de mon ancienne université sont adressées à Dr. Jérémie Mercier. De la même façon, tous mes anciens collègues de Londres se font appeler docteurs (mais aucun n’est “docteur” en médecine). Ce titre de docteur peut  même apparaître sur leurs cartes bancaires et sur certains de leurs papiers d’identité.

Alors que moi, quand je suis rentré en France après ma thèse, c’était tout le contraire. On a été jusqu’à me déconseiller de mentionner le fait même que j’étais docteur car cela pourrait prêter à confusion avec la profession de médecin. Pourtant, il est clair que je ne fais pas de diagnostic, je ne prescris pas de médicaments, et au contraire du médecin, formé pour être un spécialiste de la maladie, j’enseigne la santé. C’est un comble !

Les médecins ne sont pas docteurs et se font appeler docteurs (remarque : ils sont obligés de préciser en quelle discipline car leur doctorat est juste un titre professionnel de courtoisie, sans rapport avec leur véritable grade universitaire de master).

Quant à moi, je suis véritablement docteur et je n’ai pas légalement à préciser en quoi (car mon grade est reconnu dans le monde entier !), et pourtant je ne peux pas l’utiliser en France car alors je pourrais tromper les gens sur ma qualité de médecin.

Ce paradoxe a été montré par quelques rares personnes en France qui osent mettre les pieds dans le plats, comme dans cet article ou cette revendication du syndicat des scientifiques hospitaliers.

Bref, c’est le monde à l’envers !

Lors de ma convocation par la police de Nantes en février 2016, la policière m’a demandé si je reconnaissais que j’exerçais illégalement la médecine, vu que je mettais sur mon site que j’étais docteur alors que je ne suis pas sur la liste de l’ordre des médecins !

Avec ce que j’ai écrit précédemment, tu comprends qu’il m’a fallu ½ seconde pour balayer cet argument fallacieux.

D’ailleurs, la policière s’est excusée d’avoir dû me convoquer pour soumettre à “interrogatoire” sur un dossier vide et bidon comme elle n’en avait jamais vu avant (en fait, c’était une intimidation de la MIVILUDES et de l’ARS, qui n’aiment pas les gens qui font bien leur boulot et sont efficaces). J’explique le résultat de cette convocation sur cet article et j’en reparlerai dans un prochain article.

Utiliser un vocabulaire juste : une nécessité !

Pour moi, le bon usage des mots est absolument fondamental pour avoir une tête bien faite. 

Je suis pour qu’on arrête d’utiliser le titre de docteur pour les médecins, pharmaciens, dentistes et vétérinaires, sauf s’ils ont passé un doctorat de 3ème cycle. Ces professions pourraient d’ailleurs tout à fait retrouver leur éclat et ne pas avoir besoin d’un faux titre de docteur, le jour où ces professionnels seront véritablement formés à la santé, et ne seront plus juste des experts en gestion de maladie.

J’ai d’ailleurs un immense respect pour les médecins, pharmaciens, dentistes et vétérinaires qui s’ouvrent à une approche globale, sensée, scientifique, et pragmatique de la santé et arrivent à sortir des conditionnements dans lesquels leurs études, noyautées par les lobbies pharmaceutiques les ont enfermés !

Tu comprends mieux maintenant pourquoi Dr Emmet Brown se fait appeler Doc dans « Retour vers le Futur » (alors qu’il n’est pas du tout médecin), de même que Sheldon Cooper et ses amis dans « The Big Bang Theory » se font tous appeler docteurs.

Enfin, ce qui est encore plus amusant, c’est qu’étymologiquement, le mot docteur vient du verbe latin “docere”, qui veut dire enseigner. 

Or, le job d’un médecin la plupart du temps est de prescrire des médicaments, pas d’enseigner la santé.

Alors que mon but justement, c’est de t’enseigner à devenir maître de ta santé.

Du coup, je suis docteur par mon titre universitaire, et aussi par mon objectif professionnel !

Bref, je compte sur toi la prochaine fois que tu vas chez un médecin pour l’appeler par son prénom et son nom plutôt que par ce titre inapproprié de docteur. 

Moi, tu peux m’appeler docteur si ça t’amuse, mais je m’en fiche et ce n’est pas le but de l’article !

Par contre, j’aime quand les choses sont justes. Pas quand on reste dans des habitudes fausses qui paraissent être la vérité car tout le monde les répète tout le temps !

Prends soin de toi et de ta santé, deviens ton propre médecin, et fais-moi part de tes réactions à cet article dans les commentaires  :)