Aujourd’hui, je veux te proposer des pistes de solutions « alternatives » pour traiter le Covid-19.

Mais d’abord, faisons un point sur la crise actuelle.



Une politique de santé catastrophique (mais c’est pas nouveau)



Nous l’avons vu précédemment : la politique sanitaire actuelle (en France et dans pas mal de pays occidentaux) est catastrophique ! [1] et [2]

Les gouvernements néo-libéraux occidentaux ont fermés de nombreux hôpitaux, de nombreux lits, et le personnel est en grève ou manifeste son mécontentement depuis des années.

Et maintenant, on nous dit qu’à cause du Covid-19, les services hospitaliers vont être saturés… alors que cette saturation est de plus en plus fréquente depuis des années et que le moindre événement sanitaire vient régulièrement créer des surchauffes. Surprenant, non ?

En outre, nos gouvernants ont créé une psychose en exagérant la mortalité du Covid-19 (comme on ne dépiste que les gens avec des symptômes avancés, on exagère la létalité de la maladie) [3] mais en plus, la décision du confinement est une mauvaise stratégie d’endiguement de la maladie (si l’objectif est bien de limiter l’épidémie) quand celle du dépistage et de l’isolement des cas positifs serait au contraire une stratégie efficace [4].

Aujourd’hui, demander aux personnes infectées de rester chez elles et de se soigner au paracétamol explique sans doute en grande partie l’évolution vers des cas graves (surtout chez les personnes âgées avec des comorbidités) voire la mort. On devrait plutôt tester les personnes qui présentent des symptômes et leur proposer les traitements prometteurs tels que ceux de l’équipe du Pr. Raoult.

Si l’objectif est réellement de stopper l’épidémie, on devrait dépister, isoler les personnes infectées, et les traiter si besoin, comme cela a été fait dans plusieurs pays asiatiques (Corée du Sud, Singapour, Taïwan) [5].



Des traitements conventionnels néfastes



Jusqu’à présent, les traitements conventionnels mis en avant ont été des échecs retentissants.

On traite les symptômes (fièvre, éternuements, douleurs) avec des médicaments chimiques qui peuvent aggraver le Covid-19 [6].

En ne laissant pas au corps le soin de faire son travail de guérison par lui-même (quand c’est possible), dans certains cas les traitements symptomatiques ont fait flamber l’infection et aggravé l’état de santé voire causé la mort des patients.

Désormais en France, on déconseille l’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (type ibuprofène, mais aussi aspirine) pour faire baisser la fièvre ou diminuer les malades du Covid-19. Tant mieux ! Par contre, on continue de recommander d’autres médicaments (dont le paracétamol) alors qu’il est tout à fait envisageable que le Paracétamol crée des problème et rend la guérison du Covid-19 plus compliquée.

Pour maintenir la psychose relative au Covid-19, on fait parfois référence à la pandémie de grippe espagnole de 1919-1919. 

On oublie de dire qu’une proportion importante des morts de cette pandémie sont des personnes qui se sont soignées avec le plus ancien et le plus connu des anti-inflammatoires non stéroïdiens : l’aspirine.

De nombreuses personnes ont en effet eu de graves problèmes d’hémorragie pulmonaire suite à une surconsommation d’aspirine (mais leur décès a été mis sur le compte de la grippe espagnole, qui a bon dos !) tandis que de nombreuses ont simplement fait flamber la maladie avec une dose moindre d’aspirine, ce qui a tout de même pu aboutir à des symptômes sévères, voire à la mort [7] ! 

Quand on sait que le pic de mortalité de la grippe espagnole (octobre 1918) est arrivé juste après la recommandation par le JAMA (Journal of the American Medical Association) d’utiliser l’aspirine pour traiter la grippe… on se dit qu’il serait souhaitable de revoir nos croyances sur la mortalité due à la grippe espagnole et recalculer le nombre de personnes mortes non pas de la grippe mais du traitement dangereux et incompatible avec cette maladie qu’était notre « bonne vieille » aspirine !


Des stratégies de « prévention » probablement néfastes aussi



On n’apprend pas aux occidentaux la santé, mais on espère prévenir certaines maladies avec la vaccination.

Malheureusement, vacciner c’est un peu jouer à l’apprenti sorcier. En vaccinant, il se pourrait bien qu’on ouvre la porte à d’autres maladies, potentiellement plus graves (je reviendrai sur ce point dans de prochains articles).

Ainsi, comme relevé par la dernière newsletter de l’AIMSIB (Association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante) [8], certaines études récentes montrent que les vaccinés contre la grippe sont plus sensibles aux infections à coronavirus [9].

Ce serait intéressant de savoir quelle proportion de personnes infectées avec des formes sévères de Covid-19 ont été vaccinées contre la grippe. Mais ces chiffres seront-ils disponibles ? Le Covid-19 n’est-il pas en train de décimer les personnes âgées avec des comorbidités et qui se sont fait vacciner contre la grippe ? Cette piste est à explorer sérieusement !



Quelles solutions ?


Aujourd’hui, pour des raisons politiques et très certainement de copinage avec l’industrie pharmaceutique, le traitement hydroxychloroquine + azithromycine mis en avant par l’équipe du Professeur Didier Raoult à Marseille n’est pas retenu par les autorités françaises.

Le « conseil scientifique » qui n’a de scientifique que le nom est majoritairement composé de personnalités ayant de graves conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique.

L’industrie pharmaceutique n’a en effet aucun intérêt à ce qu’un traitement efficace et peu cher comme celui de Raoult soit mis en avant par les autorités. 

Aussi, Didier Raoult ne siège plus à ce comité et préfère travailler efficacement dans son service d’infectiologie à Marseille plutôt que cautionner cette mascarade [10].

L’humoriste La Bajon a bien résumé le problème avec cette photo ci-dessous.


Effectivement, ces traitements médicamenteux utilisés depuis des décennies par des millions de personnes en ayant consommé des milliards de doses et qu’on pourrait proposer sur quelques jours pour traiter les personnes atteintes de Covid-19 coûtent 3 fois rien… Il faut bien trouver un moyen de ne pas les officialiser comme traitement du Covid-19. 

Le « conseil scientifique » est donc chargé de trouver un traitement plus lucratif (et probablement moins efficace) du Covid-19.

Rappelons au passage que Macron a pu accéder au « pouvoir » notamment grâce à ses amis de l’industrie pharmaceutique, en particulier Serge Weinberg président de de Sanofi [11], l’entreprise pharmaceutique qui produit le Plaquenil (médicament à base d’hydroxychloroquine) mais met en garde contre son propre médicament comme traitement potentiel du Covid-19 [12].

Très surprenant, non ?


Les solutions naturelles



Les approches naturelles de santé quant à elles sont les grandes perdantes de cette crise pour le moment.

Les labos occidentaux ne font de recherche quasiment que sur des nouvelles molécules (dans l’espoir de déposer des brevets et faire beaucoup d’argent), rarement sur de vieilles molécules dont le brevet est passé dans le domaine public (comme l’hydroxychloroquine à Marseille), mais les plantes et les remèdes naturels ancestraux sont complètement oubliés, car pas brevetables donc peu lucratifs. En outre, si on en venait à démontrer par des publications scientifiques la supériorité de certaines plantes sur des molécules de synthèses brevetées, ce pourrait être le début de la fin de l’industrie pharmaceutique !

Pourtant, se souvient-on comment on traitait les malades de la tuberculose dans les sanatoriums ?

Avec des bains de soleil, de l’air frais, et de l’eau. Et c’était efficace !

Ainsi, la stratégie française du confinement, en nous privant d’air frais et de soleil est déjà une excellente façon de baisser notre immunité, de nous rendre malade ou de moins bien récupérer si on attrape le SARS-CoV-2 !

En Chine, on a testé des compléments alimentaires ou des remèdes naturels issus de la Médecine Traditionnelle Chinoise dont certains sont probablement efficaces, comme ce mélange « gingembre, amandes et peau d’orange » évoqué dans un reportage sur France Info  [13].

Des études avaient été faites sur le SARS (le précédent, celui de 2002-2004) avec des plantes médicinales qui ont donné de bons résultats (in vitro) [14].

Pourquoi ne pas tester ces plantes à plus grande échelle sur des personnes directement ?



Mes recommandations pour garder la santé (ou la retrouver)



Aussi, quelles sont les pistes « alternative » possibles pour stimuler son immunité et devenir « invincible » ?

Déjà, la base quand on est malade, c’est d’écouter son corps ! 
Dormir suffisamment, boire de l’eau, prendre le soleil [15], jeûner si on n’a pas faim, se reposer si on est fatigué, s’allonger et rester au lit si on a de la fièvre.

Tout ça, sans prendre de médicament (dans la mesure du possible). 

La fièvre jusqu’à 41°C n’est pas une ennemie mais une alliée dans le combat contre une infection.

Ce bon sens est complètement absent de la plupart des malades et du personnel de santé, qui veut la plupart du temps intervenir, mais empêche ainsi le corps de faire son boulot correctement.


Si on n’est pas malade, et qu’on veut pas tomber malade, il faut de toutes façons avoir une bonne hygiène de vie, c’est-à-dire :

– adopter une alimentation saine, très végétale, avec des aliments surtout complets, type « zones bleues » qui inclut notamment des légumineuses, des légumes de la famille des oignons (alliacées), des champignons, des légumes à feuilles vertes, etc. Oublie les conseils des « nutritionnistes » acoquinés avec Danone et Nestlé qui te recommandent de manger 3 produits laitiers par jour. Les produits laitiers sont tes ennemis pour la vie (surtout en période de Covid-19) !
– prendre le soleil (sans excès)
– prendre l’air (en respectant les règles de confinement pour pas se prendre une prune inutilement)
– marcher ou avoir une activité physique adaptée à sa condition physique et sans excès (toujours bon de toutes façons)
– jeûner de temps en temps si on a envie
– extérioriser ses émotions – vivre confiné et branché sur BFM-TV, quand on ne sait pas vivre ses émotions avec son corps, c’est la porte ouverte à des émotions pas agréables et des idées qui tournent en rond dans la tête. Compte tenu de l’absence d’éducation à l’hygiène émotionnelle, il est probable qu’on va observer un pic de suicides dans les semaines à venir et que de nombreuses personnes qui auront mal vécu le confinement auront des symptômes type « trouble de stress post-traumatique ». 

Parmi les techniques qu’on peut mettre en place régulièrement, et qui sont particulièrement indiquées pour prévenir ou guérir les infections virales, je recommande fortement de faire des séances de sauna, avec une mention spéciale pour le sauna à infrarouges. Personnellement, j’utilise régulièrement un sauna de la marque Clearlight depuis 6 ans, et c’est le top du top. Tu peux découvrir à quoi ça ressemble sur ce lien : https://bit.ly/2TZBulN


Voici d’autres pistes pour prévenir voire guérir le Covid-19 :

– l’Artemisia annua –  une plante issue de la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise, très efficace pour traiter le paludisme [16] (c’est pourquoi l’OMS qui défend l’industrie pharmaceutique et non la santé déteste cette plante). Vu que l’antipaludéen hydroxychloroquine semble donner de bons résultats, pourquoi pas utiliser cette plante en tisane (5 g pour 1 litre d’eau chaude) pour traiter le Covid-19  ?
– la quercétine : Michel Chrétien (frère de l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien) voit des résultats prometteurs avec cette piste [17], mais cette molécule non seulement coûte 3 fois rien (comme la chloroquine), mais en plus elle est naturelle, donc elle est doublement pénalisée pour pouvoir prétendre au statut de traitement officiel !
– les infusions de thym, plante connue pour son activité antivirale et antiseptique
– la vitamine D a une action antivirale intéressante. Sans excès, elle est une piste intéressante pour prévenir les infections respiratoires [18], elle a probablement une action intéressante en période de Covid-19
– la vitamine C pourrait être intéressante via l’alimentation, mais aussi à forte dose en intraveineuse chez les sujets malades [19]
– huiles essentielles : ravintsara, laurier noble, tea tree, etc
– nigari (la version naturelle du chlorure de magnésium) 
– l’argent colloïdal
– le « vinaigre des 4 voleurs« , une infusion de plantes médicinales dans du vinaigre, qui aurait permis selon la légende à 4 voleurs de détrousser les cadavres de malades d’épidémies de peste dans le sud de la France vers le 14ème siècle, sans jamais être eux-mêmes infectés
– le plasma de Quinton (eau de mer) qui a donné de nombreux résultats pour traiter les malades du choléra à Paris sous l’impulsion de René Quinton au début du 20ème siècle
– la propolis
– etc.

En fait, il y a énormément d’approches de santé « alternatives » auxquelles on mériterait de s’intéresser pour prévenir ou guérir le Covid-19.

Malheureusement, dans le monde occidental néolibéral de la santé, pris en otage par l’industrie pharmaceutique, il y a très peu de chances pour que ces approches soient testées et encore moins approuvées.

C’est donc à toi qui veut reprendre en main ta santé de manière efficace de faire tes propres expériences et de voir quels résultats tu peux obtenir.

Je reviens vers toi très vite pour d’autres pistes pour redevenir maître de ta santé et ne plus te laisser maltraiter par l’industrie pharmaceutique et ses serviteurs actuellement au pouvoir :)

J’attends tes commentaires sous cet article :)
A ta santé !

Jérémie


PS : J’ai créé mon groupe Facebook « Prends Ta Santé En Main », que tu peux rejoindre en cliquant sur ce lien.


Sources et références :

[1] https://www.jeremie-mercier.com/covid19-grave-ou-pas/
[2] https://www.jeremie-mercier.com/covid-19-demeler-le-vrai-du-faux/
[3] https://www.dailywire.com/news/stanford-professor-data-indicates-were-overreacting-to-coronavirus
[4] https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-remerciements-toxicite-des-traitements-mortalite/
[5] http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html
[6] https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/coronavirus/diagnosis-treatment/drc-20479976
[7] https://academic.oup.com/cid/article/49/9/1405/301441
[8] https://www.aimsib.org/2020/03/15/pandemie-covid-19-les-recommandations-essentielles-de-laimsib/
[9] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0264410X19313647?via%3Dihub
[10] https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200324.OBS26528/didier-raoult-claque-la-porte-du-conseil-scientifique-reuni-autour-de-macron.html
[11] https://francoisruffin.fr/legion-honneur-sanofi/
[12] https://www.sanofi.fr/fr/Actualites/actualites-produits/epidemie-covid-19-point-sur-la-mise-a-disposition-de-plaquenil
[13] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-traitements-de-medecine-traditionnelle-plebiscites-en-chine_3831313.html
[14] https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0166354205000690
[15] https://www.hks.harvard.edu/publications/sunlight-and-protection-against-influenza
[16] https://www.jeremie-mercier.com/le-paludisme-a-une-solution-mais-ca-ninteresse-ni-loms-ni-les-organisations-humanitaires/
[17] https://www.santescience.fr/coronavirus-quercetine/
[18] https://www.bmj.com/content/356/bmj.i6583
[19] https://isom.ca/article/high-dose-vitamin-c-influenza-case-report/